Ford a annoncé un investissement de 11 milliards de dollars pour développer la technologie électrique. Il y a un retard à combler.

S’il veut rattraper son retard, Ford va devoir investir en masse sur le segment des véhicules électrifiés, comprenant les véhicules hybrides et électriques. En marge du salon automobile de Détroit, le géant américain a misé sur la transparence : d’ici 2022, il aura injecté onze milliards de dollars dans la technologie avec la promesse de commercialiser seize voitures 100 % électriques dans les cinq ans. Les premiers arriveront sur le marché en 2020, à commencer par le projet Mach 1 teasé à la fin d’une conférence.

Ford doit s’activer

De toute évidence, Ford n’a pas vraiment le choix. La concurrence avance très vite dans le domaine de l’électrique et certains constructeurs ont déjà décliné leur gamme (exemple : Volkswagen avec sa e-Golf). Et c’est, en quelque sorte, une réponse directement adressée à General Motors, rival qui a fait forte impression en rêvant d’un véhicule autonome sans pédale ni volant dès 2019. Et qui avait déjà étalé sa stratégie pour l’électrique en annonçant au moins vingt véhicules électriques pour l’horizon 2023. C’était en octobre dernier, soit plusieurs mois avant Ford.

En tout cas, le programme d’électrification a bien changé pour Ford depuis 2015. À l’époque, la firme parlait d’un investissement de 4,5 milliards de dollars et d’une gamme de treize véhicules en 2020. Conscient d’être à la traîne et voyant ses marges ne pas s’aligner sur les objectifs fixés, il compte désormais mettre plus que les bouchées doubles sachant qu’il doit ne pas se faire dépasser non plus sur la conduite autonome, l’autre enjeu du secteur. Aux dernières nouvelles, Ford a lâché un milliard de dollars pour développer son intelligence artificielle. En un mot comme en cent, on peut s’attendre à une somme qui va encore grimper dans les années à venir.

Partager sur les réseaux sociaux