Si Elon Musk est passé maître dans l'art de multiplier les promesses autour de grandes avancées technologiques, des résultats concrets sont aussi attendus pour prouver la viabilité de ses projets. Concrétiser les 5 étapes suivantes serait déjà un bon début pour 2018.

Si Elon Musk compte son lot de détracteurs comme d’admirateurs, tous s’accordent sur le talent de l’entrepreneur lorsqu’il est question de faire convoiter au public de grandes avancées technologiques. Qu’il s’agisse de bonds importants en matière d’exploration spatiale, de véhicules électriques performants ou encore de modes de transport au grand potentiel, il semble avoir réponse à tout.

Mais ces belles promesses s’accompagnent souvent de déceptions ou de retards — comme en atteste le calendrier de suivi de la production de Tesla, SpaceX ou encore de la Boring Company, les trois entreprises liées à Elon Musk.

Voici donc 5 avancées que l’on espère voir se concrétiser dès 2018.

elon musk ted

Le premier lancement de la fusée Falcon Heavy

Maintes fois reporté, le lancement de la fusée lourde Falcon Heavy est censé avoir enfin lieu en janvier 2018 depuis le Kennedy Space Center de Floride.

L’enjeu est de taille pour SpaceX, qui entend ainsi franchir un nouveau palier dans le domaine spatial. Après avoir démontré son savoir-faire en matière de vols intermédiaires assurés par la fusée Falcon 9, l’entreprise doit en effet prouver la fonctionnalité du Falcon Heavy, censée pouvoir transporter à terme une charge de 13,6 tonnes pour Mars.

Ce lancement inaugural — avec la Roadster personnelle de Musk à bord — est donc particulièrement attendu, même si l’entrepreneur s’attend à un échec :  « Il est très probable que le véhicule n’arrive même pas en orbite. Je tiens juste à ce que [les attentes du public] prennent [cet élément] en compte. J’espère qu’il ira assez loin du pas de tir pour ne pas l’abîmer. Honnêtement, ce serait déjà une réussite ».

Le survol de la Lune par 2 touristes spatiaux

Le premier lancement de Falcon Heavy s’avère d’autant plus crucial que la fusée lourde est censée contribuer, toujours en 2018, au survol de la Lune par deux touristes. Ces deux chanceux à l’identité inconnue doivent monter à bord d’une capsule Dragon 2 embarquée par le Falcon Heavy, qui servira à les propulser dans l’espace.

Une grande première dans l’histoire de l’exploration spatiale, qui renforcerait un peu plus le prestige des initiatives privées en la matière et poserait la première pierre de cette promesse maintes fois vantée — poursuivie par d’autres entreprises, comme Blue Origin de Jeff Bezos, le fondateur et patron d’Amazon.

Jusqu’ici, les trajets touristiques réalisés dans l’espace sont restés limités à la Station spatiale internationale (ISS) ou à des vols orbitaux et suborbitaux.

Lever le voile sur Neuralink

De tous les projets poursuivis par Elon Musk, Neuralink est sans conteste le plus mystérieux : depuis l’annonce de la création de l’entreprise en mars 2017, on sait simplement que celle-ci est dédiée au développement d’une interface ordinateur-cerveau. Et un neurologue que nous avons pu interroger soulignait les nombreuses questions posées par cette société.

Depuis, on sait simplement que Neuralink a levé 27 millions de dollars pendant l’été et que la première interface créée par ses soins n’est pas attendue avant 4 ans. 2018 serait l’année idéale pour lever le voile sur ce projet ambitieux.

Facebook, qui planche également sur le cerveau, a pour sa part déjà dévoilé quelques éléments de ses recherches sur le sujet. De quoi inspirer Neuralink ?

Les débuts d’un tunnel utilitaire

En 2017, la Boring Company, l’entreprise de Musk dédiée à des tunnels anti-embouteillages qui permettraient aux voitures de circuler à grande vitesse d’un point à un autre des grandes villes sans encombrer les rues, a déjà commencé à creuser deux zones de test dans le Maryland et en Californie.

Mais ces feux verts font office de simple essai autorisé par les autorités et ne préfigurent en aucun cas de la concrétisation de cet ambitieux projet qui s’étendrait, sous sa forme aboutie, sur des centaines de kilomètres.

À défaut de réaliser un tel parcours en 2018, il serait particulièrement rassurant de voir la Boring Company obtenir les approbations nécessaires et entamer la construction d’un long tunnel dès l’année à venir. Pour prouver la viabilité du projet et potentiellement convaincre d’autres municipalités frileuses.

Une production stable pour Tesla

Si Tesla a multiplié les annonces ces derniers mois avec la Model 3, un nouveau Roadster et son très attendu camion électrique, le constructeur automobile a aussi accumulé les problèmes de production.

La Model 3 est ainsi victime de nombreux retards, qu’elle semble tout juste commencer à surmonter : les délais de livraison des acquéreurs de ce modèle vendu près de 29 000 euros restent aujourd’hui assez conséquents.

En 2018, on espère donc voir Tesla éviter les promesses trop ambitieuses et se concentrer sur son calendrier de livraison. L’entreprise pourrait ainsi rassurer les investisseurs et, de fait, aborder plus sereinement la production de son camion électrique, qui ne devrait pas commencer avant 2019.

Partager sur les réseaux sociaux