Une seule photo peut permettre d'identifier le smartphone qui l'a capturée : c'est la découverte que viennent de faire des chercheurs de l'université de Buffalo. Les universitaires se sont fondés sur les imperfections propres à chaque capteur d'image.

Vos photos au smartphone sont moches ? Qu’importe, elles vous trahiront quand même. Des chercheurs de l’Université de Buffalo à New York ont découvert comment identifier les smartphones, grâce à une seule photo immortalisée par l’appareil.

« Comme les flocons de neige, il n’y a jamais deux smartphones identiques. Chaque appareil, quel que soit le fabricant ou la marque, peut être identifié grâce à un ensemble d’imperfections d’imagerie microscopiques, présentes dans chaque image qu’ils prennent », fait observer Kui Ren, docteur au sein du département de sciences informatiques et d’ingénierie de l’université.

Un futur processus d’authentification ?

Le chercheur et son équipe présenteront officiellement leur trouvaille lors du Network and Distributed System Conference organisé en Californie en février 2018. Ils estiment que cette technique pourrait rejoindre les processus d’authentification déjà existants sur les smartphones, comme les codes PIN ou les mots de passe.

Douglas Levere

De quoi s’agit-il exactement ? Ce protocole d’authentification est présenté par les chercheurs sous le nom de PRNU, pour « photo-response non-uniformity. » Bien que les appareils photo des smartphones soient conçus pour être identiques, les défauts minimes de fabrication créent « de minuscules variations dans les capteurs de chaque caméra. » Cela peut modifier l’uniformité d’une image, sans pour autant que ce défaut soit distinguable à l’œil nu.

Pour dresser ce constat, Kui Ren et son équipe ont utilisé 16 000 images, prises par trente iPhone 6s et dix Samsung Galaxy Note 5. La technique a permis d’identifier correctement les photos des différents téléphones avec un taux de réussite de 99,5 %.

Le capteur photo d’un smartphone est plus petit

Les universitaires pensent que cette technique pourrait être utile si elle était appliquée pour lutter contre la cybercriminalité. En effet, Kui Ren explique que la technique du PRNU nécessitait actuellement d’avoir au moins 50 photos pour identifier l’appareil à leur origine.

« Comparé à un appareil photo numérique conventionnel, le capteur d’image d’un smartphone est beaucoup plus petit », note le chercheur. Cette taille rend l’image encore moins uniforme, et permet alors d’identifier un smartphone à l’aide d’une seule photo.

Désormais, Kui Ren et son équipe se sont lancés dans une analyse plus approfondie des smartphones possédant un double capteur photo.

Partager sur les réseaux sociaux