L’Iran a fourni la Russie en nouvelles versions plus rapides de ses drones kamikazes. Un premier modèle a été détruit par l’Ukraine.

L’Iran continue à perpétuellement armer la Russie. De nouvelles versions des drones kamikazes iraniens ont été détruites en Ukraine durant ce mois de janvier 2024. L’analyse des débris montre que l’Iran a amélioré ses appareils avec un moteur à réaction, délaissant les hélices similaires à des moteurs d’avions, caractéristiques des drones.

Cette propulsion grâce à un carburant permet aux appareils de voler plus haut et plus vite, et rend leur neutralisation plus compliquée. Un système de guidage optique/infrarouge aurait également été ajouté pour potentiellement cibler des cibles à contraste thermique.

Le drone kamikaze Shahed-136 vole à une vitesse maximale de 185 km/h. Ce qui le rend assez facilement détectable par les défenses anti-aériennes. Néanmoins, ces drones obligent les forces ukrainiennes à se concentrer sur toutes les menaces lorsque les Russes lancent de larges salves combinées de drones et missiles sur les villes.

La carcasse d'un Shahed. // Source : Conflict Armament Research
La carcasse d’un Shahed contient de nombreux composants occidentaux achetés sur le marché noir. // Source : Conflict Armament Research

Les défauts d’un moteur à réaction pour un drone

La nouvelle version, baptisée Shahed-238, a été présentée par l’Iran en novembre 2023. Moins de quatre mois plus tard, ces modèles sont fournis à la Russie et envoyés sur l’Ukraine, signe d’une coopération active entre Téhéran et Moscou.

À noter qu’un moteur à carburant rend aussi l’appareil plus détectable par les radars thermiques. Le kérosène brûle rapidement et un drone ne peut en transporter qu’une quantité limitée, ce qui peut réduire sa portée. Ces premiers appareils détruits font pour l’instant office de test.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.