En misant sur le cloud, la Logitech G Cloud espère se trouver une place dans le domaine des consoles portables. Un pari réussi ?

Depuis son lancement aux États-Unis en octobre 2022, la nouvelle console portable de Logitech, la G Cloud, suscite un énorme intérêt. Dans un secteur dominé par la Nintendo Switch, avec des challengers comme le Steam Deck ou l’Asus Rog Ally, peu de constructeurs parviennent à sortir du lot. Pour se démarquer, il faut donc miser sur des consoles qui offrent des fonctionnalités que ne propose pas ou n’exploite pas pleinement la console nippone. C’est le cas du cloud gaming avec la Logitech G Cloud, disponible dès la fin du mois de mai 2023 en France, au prix de 359 €.

Pour la conception de cette console, Logitech s’est allié à plusieurs poids lourds du gaming, tel que Tencent, Xbox et Nvidia. Qu’a donné cette alliance ? On a pu essayer la G Cloud pendant plusieurs jours.

La G Cloud a des allures de jouet

À première vue, la Logitech G Cloud ressemble plus à un jouet qu’à une véritable console de gaming, avec cette robe blanche et ces teintes jaunes. Un peu plus massive que la Nintendo Switch Lite, la Logitech G Cloud rappelle aussi les consoles portables des années 2010. Dans les mains, la console semble large, avec des boutons posés à la gauche et à la droite de l’écran. Celui-ci est d’ailleurs entouré de bordures noires bien présentes, qui se remarquent lorsque la console est allumée.

Une console assez // Source : Nino Aubrey pour Numerama
Une console facile à prendre en main. // Source : Nino Aubrey pour Numerama

Malgré cet aspect, la Logitech G Cloud est facile à prendre en mains et légère, avec un poids de 493 grammes. Pour un habitué des manettes, l’adaptation peut paraitre compliquée, mais elle ne dure que quelques minutes. Le produit tient bien en mains, avec des grips à l’arrière qui accrochent bien les paumes. Attention, toutefois, l’ergonomie n’est pas irréprochable.

La Logitech G Cloud est facile à prendre en mains

En jouant à Forza Horizon 5 et à Need for Speed, je me suis retrouvé à plusieurs reprises en dehors du circuit. Le mauvais joueur que je suis met la faute sur la sensibilité des joysticks, qui ont tendance à accentuer les mouvements, même les plus légers. À l’inverse, sur des jeux comme Assassin’s Creed Origins ou Injustice 2, les joysticks semblent prendre du temps à exécuter les actions, même les plus simples. Le placement des boutons R et L, situés aux extrémités droite et gauche du haut de la console, pose aussi un problème. À moins d’avoir de grandes mains, il ne sera pas aisé de les atteindre. Mais ce n’est pas non plus rédhibitoire.

Pour son écran, Logitech propose une dalle tactile de 7 pouces, en 1080p, avec un taux de rafraîchissement de 60 Hz et un format 16:9. Réactif sans être extrêmement rapide, agréable pour l’œil sans être sublime, l’écran de la Logitech G Cloud fait largement le travail, sans être exceptionnel. À noter que ce n’est pas un écran OLED et que les contrastes ne sont donc pas infinis. Cela n’empêche pas Logitech de proposer une colorimétrie correcte.

Source : Nino Aubrey pour Numerama
La Logitech G Cloud a des allures de jouets // Source : Nino Aubrey pour Numerama

La luminosité de l’écran est aussi très convaincante. En intérieur, même dans un environnement très lumineux, l’écran reste parfaitement visible. À l’extérieur, lorsque le Soleil est à son pic, c’est plus compliqué. L’écran reste lisible, mais les reflets sont trop présents pour profiter pleinement de la console. On ne lui en tiendra pas trop rigueur puisqu’il ne faut pas oublier que la console est surtout destinée à un usage en intérieur, notamment à cause du cloud sur lequel elle se base.

Du cloud, de la puissance et une bonne autonomie

Avec cette nouvelle console, la marque Logitech fait de la technologie cloud la base de la G Cloud. Pas besoin d’acheter des jeux en physique, la console propose tout ce qu’il faut, grâce à Google Play (comme sur votre smartphone), au Nvidia GeForce Now et, surtout, au Xbox Game Pass. L’abonnement de Microsoft permet de jouer à plus de 300 jeux en cloud, et la console en tire parfaitement parti. Le catalogue est varié, et propose des jeux qui plairont à tous les types de joueurs.

Néanmoins, pour que la G Cloud fonctionne bien, il faut bénéficier d’une excellente connexion Internet. C’est là que le bât blesse. Dans les locaux de Numerama à Paris, je n’ai eu aucun lag. En revanche, en utilisant la Logitech G Cloud dans une petite commune de banlieue parisienne, les jeux souffraient de ralentissements très désagréables — même avec la fibre. Si votre connexion n’est pas suffisante, la G Cloud ne vous servira pas à grand-chose. À l’inverse, elle peut constituer une bonne console d’appoint pour jouer à des titres auxquels on n’a pas accès avec ses autres appareils (exemple : j’ai une console PlayStation, mais pas de Xbox).

Source : Nino Aubrey pour Numerama
Sur Forza Horizon 5, quelques ralentissements se font sentir // Source : Nino Aubrey pour Numerama

Forcément, la qualité d’image est aussi affectée. Avec une connexion défaillante, on a l’impression de jouer à un jeu en 480p, ou moins. De plus, à moins de disposer d’un forfait mobile internet illimité, il sera très compliqué d’utiliser la console loin d’un endroit qui offre un Wi-Fi parfait. C’est dommage, puisque la Logitech G Cloud dispose d’une puce Qualcomm Snapdragon 720G, qui, sans être la plus rapide du marché, est performante et propose une expérience assez fluide, basée sur Android 11. Il est d’ailleurs possible de surfer sur Internet ou de regarder des vidéos sur YouTube et Netflix sans aucun souci.

Avec autant de fonctionnalités, on peut se demander comment s’en sort la batterie de la console. Logitech annonce 12 heures d’autonomie et, dans la pratique, c’est le cas. Après une session de jeu de 40 minutes débutée à 100 %, la console affichait 95 % de batterie. Dans une autre session, où on a laissé le jeu Injustice 2 tourner à partir de 9 heures du matin, la console s’est complètement éteinte aux alentours de 22 heures. C’est plus de 13 heures d’autonomie, et c’est un vrai argument pour la G Cloud.

Le verdict

Difficile de savoir sur quel pied danser avec la Logitech G Cloud. Avec Google Play, le Xbox Game Pass et Nvidia GeForce Now, la console propose un catalogue de jeux conséquent, qui plaira à tous le monde. Le bon écran, la très bonne autonomie et l’ergonomie simple mais efficace de la console permettent d’offrir une expérience de jeu convaincante.

Mais le plus gros problème de la Logitech G Cloud réside en sa base : le cloud. Si cette nouvelle manière de jouer a bien évolué ces dernières années, elle affiche encore quelques limites, comme sa dépendance à une connexion internet qui doit être excellente. Même en ayant la fibre optique chez soi, la Logitech G Cloud peut connaître des lags récurrents, ce qui gâche fortement l’expérience de jeu. Et à 359 €, il est difficile de mettre autant d’argent pour une console dont on ne peut pas profiter sans une connexion Wi-Fi optimale.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !