Plusieurs opérateurs en Turquie ont entravé l’accès à Twitter, alors que le pays a été secoué par deux puissants séismes cette semaine.

C’est une autre conséquence du terrible séisme qui a frappé la Turquie et la Syrie le 6 février. Ce 8 février, l’accès au réseau social Twitter a été bloqué en Turquie par les principaux fournisseurs d’accès à Internet, tels Türk Telekom, Turkcell et Vodafone. Une mesure qui semble manifestement servir à juguler les discussions autour de ce tremblement de terre

NetBlocks a signalé ces problèmes de connectivité au cours de l’après-midi. Cette organisation, née en 2017, documente la liberté d’accès à Internet dans le monde et utilise Twitter comme son site web pour signaler tout évènement particulier, aussi bien au niveau national ou régional — que ce soit une cyberattaque, une panne ou une censure.

Le séisme qui a frappé la Turquie et la Syrie cette semaine est l’un des plus graves de l’histoire récente du pays. Le bilan humain n’est pas définitif, mais les secours ont déjà recensé plus de 11 000 morts et quatre fois plus de blessés. De nombreuses équipes médicales et de recherche ont été déployées sur place, avec un important contingent venant de l’étranger.

Les raisons ayant conduit les autorités turques à exiger le bannissement provisoire de Twitter ne sont connues à cette heure — il peut s’agir aussi d’un effort visant à éviter la diffusion de photos montrant des victimes, de contrer des critiques contre le gouvernement. Des reproches quant au bon respect des normes antisismiques ont commencé à apparaître depuis le séisme.

Des coupures manifestement volontaires

La simultanéité des coupures chez les principaux opérateurs de télécoms en Turquie laisse peu de place au doute, une simple panne qui frapperait par pure coïncidence tous les FAI et uniquement sur un seul réseau social, serait incongrue. Les circonstances terribles que vit le pays avec cette catastrophe tendent plutôt à accréditer l’hypothèse d’un blocage voulu par le pouvoir politique.

Pour NetBlocks, cette restriction est susceptible d’avoir des conséquences nuisibles sur le secours aux personnes. L’organisation évoque des « efforts de sauvetage communautaires » qui ont émergé après la première secousse, suivie peu après d’une réplique tout aussi violente. La Turquie est l’un des pays qui compte le plus de membres sur Twitter.

Logo de Twitter. // Source : Canva
L’accès à Twitter est entravé en Turquie depuis le 8 février. // Source : Canva

La Turquie a historiquement montré sa tendance à censurer les réseaux sociaux lorsque de grandes catastrophes surviennent dans son pays. En 2016, Ankara avait bloqué temporairement Facebook et Twitter après un attentat dans la capitale. Idem un an plus tôt après une autre attaque. Après le coup d’État raté contre Recep Tayyip Erdogan, un même blocage a été observé.

Depuis octobre 2022, la Turquie s’est dotée d’une loi réprimant la « désinformation », avec la menace d’une peine de prison de trois ans pour les internautes ou bien les journalistes reconnus coupables d’avoir propagé des contenus, en ligne ou dans les médias, des informations jugées « contraires à la vérité ». Les sites peuvent être sollicités pour les retirer, sous peine de représailles.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !