Telegram ne propose pas par défaut le chiffrement de bout en bout. C’est une option à activer au cas par cas dans les paramètres.

Avec plus de 700 millions d’utilisateurs actifs mensuels revendiqués, Telegram est indéniablement l’une des messageries instantanées les plus appréciées. Elle offre de nombreuses fonctionnalités, est esthétiquement très soignée et évolue souvent, de façon à rester dans le coup. Dernièrement, l’application a même lancé Telegram Premium, une version payante du service.

secret chat
À quoi ressemble l’option une fois active. // Source : Capture d’écran

Mais sur un point particulier, Telegram s’avère être une source de frustration : elle ne fournit pas par défaut du chiffrement de bout en bout, contrairement à des solutions rivales comme WhatsApp et Signal. Cela ne veut pas dire, bien entendu, qu’il n’y a aucune sécurité sur Telegram. L’application fournit heureusement des couches successives de protection.

La bonne nouvelle, néanmoins, c’est que le chiffrement de bout en bout existe en option sur Telegram — il faut simplement penser à activer la fonctionnalité avant de démarrer une conversation avec un tiers. Ce service est proposé dans le cadre des « échanges secrets » (secret chats, en anglais). Dans ce cadre, les données deviennent encore plus protégées.

Comment activer les échanges secrets sur Telegram

  • Lancez l’application Telegram sur votre smartphone ;
  • Cliquez sur l’icône bleue en bas à droite de l’écran pour lancer une discussion ;
  • Choisissez « Nouvel échange secret » ;
  • Choisissez votre contact ;
  • C’est tout !

Une fois que vous aurez ouvert votre canal de discussion, un rappel s’affichera dans le tchat pour vous dire que les échanges secrets sont chiffrés de bout en bout, ne sont pas présents sur les serveurs de Telegram, interdisent les transferts et sont éligibles à l’autodestruction des messages. En outre, des paramètres additionnels s’appliquent, comme le blocage des captures d’écran.

Les échanges secrets fonctionnent par un système d’invitation : l’autre personne à qui vous voulez discuter dans le plus grand secret doit accepter la demande. Notez que cette option nécessite de faire une croix sur certaines fonctionnalités — c’est pour cela, d’ailleurs, que Telegram ne juge pas utile de la généraliser, au motif que la balance des bénéfices / inconvénients n’est pas favorable.

Par exemple, les échanges secrets dépendent spécifiquement des terminaux sur lesquels ils ont été lancés. Impossible de les retrouver sur un autre appareil, que ce soit un smartphone Android, un iPhone ou l’ordinateur (car Telegram peut aussi être utilisé sur PC). Les transferts sont aussi neutralisés — on l’a dit — tout comme des options qui pourraient être parfois utiles.

Avec les échanges secrets, Telegram n’a aucune possibilité de les déchiffrer : seules les personnes dans la discussion le peuvent, depuis les terminaux originaux. Mais cela veut aussi dire, prévient Telegram, qu’il n’a pas la possibilité de restaurer l’accès à l’historique d’échange de quelqu’un sur son appareil nouvellement connecté. C’est aussi un élément à avoir en tête.

C’est donc à l’internaute de déterminer ce dont il a besoin, selon la nature de ses conversations. Au-delà du chiffrement de bout en bout des messages, il y a aussi un chiffrement en transit, pendant que les données circulent sur le réseau (de l’usager vers les serveurs, et inversement), et un chiffrement au repos, lorsque les données se trouvent dans le cloud de Telegram.

Telegram fournit aussi des appels vocaux et des appels vidéo chiffrés de bout en bout.