La mission Insight a enregistré le plus gros séisme à date sur Mars, début mai. Et encore mieux : on peut l’écouter.

« C’est un son venu des profondeurs de Mars : les données du plus gros tremblement de terre martien ont été sonorisées pour vos oreilles », écrit le compte officiel du Centre National d’Études Spatiales (CNES) sur Twitter, ce 14 mai 2022. En accompagnement : un enregistrement sonore d’une poignée de secondes, qui permet d’entendre le plus gros séisme jamais enregistré sur Mars, depuis que l’humain a envoyé ses outils sur la planète rouge.

Vous pouvez l’écouter ci-dessous :

Quelques jours plus tôt, le compte officiel de la mission Insight (Exploration interne par les sondages sismiques, la géodésie et les flux thermiques) s’extasiait également : « Après plus de trois ans à écouter des doux vrombissements sur Mars, je viens de ressentir de loin le plus gros séisme sur Mars : il semblerait qu’il soit de magnitude 5. »

Un séisme de magnitude 5 ne semble pas immense par rapport à ce que l’on connait sur Terre. Mais sur Mars, « il est proche de la limite supérieure de ce que les scientifiques espéraient voir lors de la mission InSight », explique la Nasa.

Un « séisme monstrueux » enregistré sur Mars

La Nasa, qui pilote la mission Insight depuis 2018, n’a pas lésiné sur les hyperboles : en titre de son communiqué de presse en ligne, on lit « Insight enregistre un séisme monstrueux sur Mars ». Cet événement, qui a eu lieu le 4 mai dernier, s’ajoute aux 1 313 autres tremblements du sol martien déjà enregistrés.

9185_1-PIA25044-web
Le spectrogramme du plus gros séisme enregistré le 5 mai 2022 sur Mars // Source : Nasa

Ce n’est pas la première fois que le sismomètre SEIS de la mission Insight enregistre le son d’un séisme sur Mars, mais il s’agit ici du plus puissant. En 2019, il avait permis d’écouter le bruit d’un autre séisme, plus petit, et légèrement moins audible. En 2021, SEIS avait aussi enregistré un séisme de magnitude 4,1, soit bien plus petit que celui-ci.

La mission InSight devrait continuer à fournir d’autres données sur l’intérieur de Mars. Les scientifiques espèrent s’en servir pour mieux comprendre la formation des astres rocheux, comme la Terre ou la Lune.