Toutes les offres d'électricité verte ne se valent pas en France. Pour aider le public à identifier celles qui contribueront le plus à la transition climatique, l'Ademe a lancé un nouveau label baptisé VertVolt. Plusieurs fournisseurs ont déjà reçu la certification.

L’électricité écologique intéresse de plus en plus les Français :  70 % des offres d’électricité en France sont désormais dites « vertes ».  Le problème est qu’elles sont loin de toutes avoir le même impact concret sur le développement des énergies renouvelables. Pour aider les consommatrices et consommateurs à y voir plus clair, l’Ademe a lancé le 22 octobre, un nouveau label baptisé VertVolt.

Ce dispositif évalue plus finement le fonctionnement des fournisseurs d’électricité verte en France et permet aux clients de repérer les offres qui auront le plus fort impact sur la transition climatique.

Paysage avec éolienne // Source : TeeFarm / Pixabay

Quelles offres d’électricité verte peuvent avoir le label VertVolt ?

Le label VertVolt se décline en deux versions.

  • Le « choix engagé » : sur ces offres, le fournisseur s’engage à acheter 100 % d’électricité renouvelable et les garanties d’origine correspondantes à des producteurs français.
  • Le choix « très engagé » : les offres ayant ce label offrent les mêmes garanties que ci-dessus, mais assurent en plus qu’au moins 25 % de l’électricité provient d’installations récentes et mises en place par des collectivités territoriales avec une gouvernance partagée ou par d’autres acteurs, mais en tout cas sans soutien public.

Ce label apporte une précision utile sur un marché où régnait une certaine ambiguïté. En choisissant une offre d’électricité verte, un usager n’avait en effet pas la garantie que le fournisseur achète directement de l’électricité produite par des installations d’énergies renouvelables (EnR), seulement qu’il achète des certificats appelés Garanties d’origine, émis par des producteurs d’EnR. Ces certificats garantissent qu’une quantité d’électricité verte équivalente à celle consommée par le client est réinjectée sur le réseau.

Des offres d’électricité verte plus ou moins exigeantes

Comme le souligne l’Ademe, le dispositif des garanties d’origine contribue cependant peu au développement de l’énergie renouvelable en France. « Le prix actuellement très bas des certificats ne permet pas vraiment de financer le développement de nouvelles installations », indique-t-elle

Les fournisseurs achètent souvent séparément l’électricité et les certificats de «  garanties d’origine ». Leur seule obligation est d’acheter une quantité de certificats égale à la consommation de leur client. Résultat, souligne l’Ademe, les fournisseurs achètent fréquemment ces certificats à des installations hydrauliques européennes déjà amorties depuis belle lurette. Ce type d’offres d’électricité verte ne contribue donc pas spécialement au développement de nouveaux sites de production d’énergie renouvelable : ces barrages sont là depuis longtemps et auraient approvisionné le marché dans tous les cas. Pour cette raison, ce type d’offre ne pourra pas obtenir le label VertVolt.

Plusieurs offres ont déjà reçu en revanche le nouveau label de l’Ademe. L’offre Enercoop – Particuliers, l’offre locale Roanne et l’offre éco conso ultra locale de Plüm Énergie ont ainsi obtenu le label VertVolt « très engagé », le plus exigeant. Quatre offres ont par ailleurs obtenu le label VertVolt « engagé » notamment Option VertElec+ happ-e d’Engie et l’offre Vert électrique régionale d’EDF. Toutes les offres labellisées VertVolt et leurs caractéristiques figurent sur cette page de l’Ademe.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo