La Nasa a sélectionné un site d'atterrissage pour son futur rover lunaire, VIPER. L'astromobile va se poser dans un cratère d'impact au pôle sud de l'astre. De là, il pourra à la fois explorer des zones ombragées et se recharger au Soleil.

Il doit atteindre la surface lunaire en 2023 : le rover VIPER (pour « Volatiles Investigating Polar Exploration Rover ») aura pour mission d’étudier les ressources en eau du satellite naturel de la Terre. La Nasa, qui développe cet astromobile, a donné plus de précisions sur la future zone d’atterrissage le 21 septembre 2021. La mission de VIPER aura lieu au pôle sud de l’astre, plus exactement sur le bord ouest d’un petit cratère d’impact baptisé Nobile.

C’est ici que le robot aura pour tâche de cartographier la surface et le sous-sol. Comme l’explique la Nasa dans son communiqué, «  le pôle sud de la Lune est l’une des régions les plus froides de notre système solaire. Aucune mission antérieure sur la surface de la Lune ne l’a explorée ». Pour l’instant, le pôle sud lunaire a été étudié à l’aide d’orbiteurs, comme Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO) ou Lunar CRater Observation and Sensing Satellite (LCROSS). On sait que l’eau est présente à la surface de la Lune. De plus récentes découvertes semblent confirmer que l’eau semble bien produite ou apportée sur l’astre et qu’elle pourrait même être stockée dans des « pièges froids » au niveau des régions polaires.

Comment cette eau est-elle arrivée sur la Lune ? D’où vient-elle ? Et comment a-t-elle pu rester en place des milliards d’années ? Est-elle en train de s’échapper, et si oui où ? La mission de VIPER devrait aider à mieux répondre à ces diverses questions.

Représentation du cratère Nobile. // Source : Nasa

Un site accessible et intéressant sur le plan scientifique

L’ouest du cratère Nobile a été sélectionné, car son terrain semble suffisamment praticable pour un rover. La Nasa a dû trouver des chemins passant à la fois par des zones à l’ombre et au Soleil. VIPER sera équipé de panneaux solaires pour se recharger, pendant son périple qui doit durer 100 jours. Au total, la trajectoire envisagée par l’agence devrait permettre à VIPER de visiter six sites différents.

VIPER devrait arpenter une zone couvrant 93 km2 pendant sa mission, avec une distance parcourue estimée entre 16 et 24 km. Pour aider à caractériser les ressources du cratère Nobile, l’astromobile sera équipé de capteurs et d’une foreuse. Il pourra ainsi collecter des échantillons à des profondeurs différentes, puis les analyser.

Les environs sont intéressants, en raison de la présence de zones ombragées — ce qui signifie qu’elles doivent être froides et seraient donc des lieux propices à une présence d’eau sous forme glacée. Le cratère Nobile semble s’être formé lors d’une collision entre la Lune et un corps céleste plus petit. Il est lui-même entouré par d’autres cratères moins grands, que VIPER pourrait aussi explorer en quête d’eau et d’autres ressources.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo