62 800 milliards de décimales du nombre Pi ont été établies grâce à ce superordinateur. Mais quel était l'objectif ?

Le nombre Pi est la plus célèbre constante mathématique. Il s’agit d’une « constante », car il correspond au rapport constant entre la circonférence d’un cercle et son diamètre. La plupart des gens connaissent sa base — 3,14 — mais ensuite cela se corse : et pour cause, c’est un nombre infini. Par ailleurs, il est irrationnel : en plus d’être infinie, la suite de décimales n’est pas une suite logique.

Aller toujours plus loin dans le calcul du nombre Pi est un véritable défi pour les mathématiciens. Ces derniers utilisent, depuis quelques années, des « superordinateurs » ayant une forte puissance de calcul. En 2019, grâce à son système basé sur le cloud, un ordinateur de Google avait établi 31 000 milliards de décimales, puis le record avait atteint 50 000 milliards en 2020. Mais début août 2021, une équipe suisse a annoncé avoir battu les derniers records en date, en calculant 62 800 milliards de décimales du nombre Pi grâce à leur superordinateur.

Le nombre Pi commence par 3,14. // Source : Pixabay

Au fait, pour quoi faire ?

Même avec l’usage d’un superordinateur de haute performance, les auteurs expliquent qu’il aurait fallu « 108 jours et neuf heures ». Mais à ce délai, il faut ajouter un travail de traitement supplémentaire. « Comme la notation hexadécimale est difficile à lire pour les humains, l’ordinateur convertit le nombre en système décimal », détaillent les scientifiques. Ensuite, le programme « vérifie l’exactitude du nombre à l’aide d’un algorithme mathématique spécial », ce qui permet de s’assurer qu’«  aucune erreur ne s’est glissée au cours des mois de calcul ».

À part une inscription au Guiness Book, l’exploit lui-même n’apporte pas grand-chose, a fortiori car le nombre Pi est infini et qu’il n’est donc pas possible de s’approcher d’une connaissance complète du nombre. Qui plus est, établir ces décimales ne changera pas grand-chose aux découvertes possibles. Mais c’est une sorte de défi constant, où chaque année, un nouveau record semble s’établir. Cela illustre tout de même une chose : la puissance de calcul des « superordinateurs ».

En réalité, donc, au-delà du record, c’est avant tout de l’ingénierie. Car comme l’explique elle-même l’équipe de recherche, cette démarche avait surtout pour objectif concret de «  préparer le nouvel ordinateur haute performance à des calculs complexes dans le domaine de la recherche appliquée et du développement ».

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo