Des chercheuses ont trouvé des indices suggérant une activité volcanique plus récente que prévu sur Vénus. La structure repérée serait vieille de quelques dizaines de millions d'années, ce qui est assez jeune sur le plan géologique.

Parmi les grands mystères qui entourent Vénus, il y a la question de son activité géologique. Si les traces de volcanisme ancien sont nombreuses et incontournables, il demeure des doutes sur l’existence d’une activité plus récente. Une nouvelle étude parue dans Journal of Geophysical Research Planets ne promet pas une réponse définitive, mais assure que la planète a bien l’air d’avoir été active encore récemment.

Les deux chercheuses issues du Planetary Science Institute (PSI), Megan Russel et Catherine Johnson, se sont replongées dans de vieilles données : celles de Magellan. Cette sonde propulsée par la NASA en 1989 a scanné Vénus sous toutes les coutures jusqu’en 1994 avec un radar à synthèse d’ouverture, un instrument qui offre une résolution très élevée. Magellan a cartographié l’ensemble de Vénus, jusqu’à définir une carte encore aujourd’hui extrêmement précise sur laquelle on trouve des reliefs produits par le volcanisme, mais aussi des impacts de météorites et des canaux créés par de la lave. Les données sont riches, nombreuses, mais anciennes.

Vénus. // Source : Flickr/CC/Kevin Gill

« Nous avons cherché comment le volcan déforme le sol »

Les autrices de l’étude ont donc utilisé du matériel plus récent pour interpréter différemment ce qui avait été récolté à l’époque. Grâce à ces nouvelles analyses, elles ont déterminé qu’une zone appelée Aramaiti Corona avait une lithosphère (la couche externe de la surface) plus fine que ce qui était autour. Un signe d’une activité volcanique. Dans le communiqué de presse du PSI, les chercheuses détaillent : « Au lieu de regarder la surface d’un volcan, nous avons plutôt cherché comment le volcan déforme le sol autour de lui. » Le résultat, c’est un sol ondulé et tordu, typique par exemple de ce qu’on peut trouver autour des volcans hawaiiens.

Mais dire que cette zone a été façonnée par un volcan actif ne suffit pas. Encore faut-il prouver que cette activité a eu lieu récemment. Pour cela, il faut savoir que ces structures évoluent peu à peu avec les années. Une évolution révélée par des modèles informatiques qui simulent plusieurs milliards d’années de changements géologiques. Et chez Russel et Johnson, ces modèles montrent une chose : « Cette couronne est relativement jeune, ce qui montre qu’elle a été formée par une activité volcanique récente. »

Une structure récente ?

Récente à quel point ? Difficile à dire, mais ce serait une structure vieille de quelques dizaines de millions d’années tout au plus. Ce qui, à l’échelle géologique, est plutôt jeune. Peut-on donc affirmer qu’il y a du volcanisme récent sur Vénus  ? Pas si sûr. En réalité, même si cette structure particulière laisse penser que c’est le cas, l’étude a une limite : il n’y en a pas d’autres. En tout cas, les images prises par Magellan ne sont pas d’assez bonne qualité pour en trouver des similaires. Certaines zones font penser à la configuration d’Aramaiti Corona mais les détails sont trop vagues pour l’affirmer. Il pourrait donc s’agir d’une exception, ou alors d’une erreur dans les modélisations de l’évolution géologique.

Mais les chercheuses sont optimistes : «  Nous avons de la chance, il y a trois autres missions qui arrivent sur Vénus dans les dix prochaines années. »
La NASA avait déjà annoncé Davinci+ et Veritas, et l’ESA a renchéri avec EnVision. Vénus sera donc bientôt sous les feux des projecteurs. Un outil de Veritas va être particulièrement intéressant sur le sujet qui nous intéresse : un interféromètre qui analyse les moindres mouvements à la surface. S’il y a du volcanisme, c’est cet instrument qui le détectera certainement.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo