L’exoplanète COCONUTS-2b devient la plus proche de la Terre qui a été directement imagée. Cet astre évolue dans un système planétaire dont la configuration est bien différente du nôtre.

Plus de 4 400 exoplanètes ont été détectées. Mais toutes n’ont pas forcément été imagées, car les télescopes ne sont pas toujours en mesure de les voir directement. Désormais, l’exoplanète la plus proche de la Terre que nous connaissons et qui a pu être imagée est baptisée COCONUTS-2b. Elle évolue à une distance de 35 années-lumière de nous.

Sa découverte a été rapportée dans The Astrophysical Journal Letters le 28 juillet 2021 (la version prépubliée du texte est accessible en entier sur arXiv). Pour débusquer cette exoplanète, les scientifiques se sont reposés sur le relevé COol Companions ON Ultrawide orbiTS (savamment abrégé en COCONUTS), qui porte sur la recherche de compagnons d’étoiles sur de larges orbites. COCONUTS-2b est nommée ainsi, car elle est logée dans le système planétaire COCONUTS-2. L’exoplanète représente environ six fois la masse de Jupiter. C’est une géante gazeuse, en orbite autour de son étoile (une naine rouge) environ 6 000 fois plus loin que la distance entre la Terre et le Soleil.

L’objet avait déjà été repéré en 2011 avec le télescope spatial Wide-field Survey Explorer (WISE), mais il avait été catégorisé comme un objet flottant librement, sans lien avec une étoile. La récente découverte a montré que l’objet était bien lié à une étoile, COCONUTS-2A, qui est dix fois plus jeune que notre Soleil.

COCONUTS-2b et l’étoile COCONUTS-2A. // Source : arXiv, Zhang, Liu, Claytor, Best, Dupuy, Siverd

Une configuration différente de notre système solaire

« COCONUTS-2b est l’exoplanète imagée la plus proche de la Terre connue à ce jour », écrivent les auteurs dans leur étude. L’astre a d’autres qualités notables, car il s’avère que « COCONUTS-2b est la deuxième plus froide (après WD 0806−661B) et la deuxième plus large (après TYC 9486-927-1 b) exoplanète imagée à ce jour. » L’exoplanète a une température estimée à 160°C. Il faut donc imaginer une planète massive, sur une orbite très éloignée de son étoile, qui est elle-même très froide : une configuration très différente de notre propre système solaire.

Si elle a pu être directement imagée, c’est grâce à la lumière qui est émise par une chaleur résiduelle, qui s’est retrouvée piégée depuis la formation de COCONUTS-2b, détaille l’université d’Hawaï dans un communiqué annonçant la découverte. Le fait que l’orbite de l’exoplanète soit très éloignée de son étoile s’est aussi avéré important, car les exoplanètes géantes gazeuses sont souvent si proches de leur étoile qu’elles peuvent apparaître « enfouies » dans la lumière qu’elles émettent.

« Les systèmes exoplanétaires avec un grand éloignement sont particulièrement utiles, étant donné la facilité relative avec laquelle l’étoile hôte et les exoplanètes peuvent être caractérisées », constatent les scientifiques. À l’avenir, ils espèrent donc en apprendre davantage sur l’atmosphère, la structure de COCONUTS-2b, ainsi que sur la manière dont elle a pu se former.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo