Juno, la sonde spatiale de la Nasa, a photographié de très près Ganymède, la plus grande lune du Système solaire.

La sonde Juno a immortalisé la surface de Ganymède, l’une des lunes de Jupiter, lors de son passage rapproché le 7 juin 2021. Aucune sonde n’était allée aussi près de cette lune en 21 ans. Le lendemain de cette approche, la Nasa a présenté les premières images obtenues par le vaisseau spatial lors de ce survol. Ces deux clichés permettent d’admirer la surface de l’astre avec un haut niveau de détail.

Sur la photographie principale, qui révèle le satellite dans toute sa majesté, les multiples cratères marquant la surface sont bien visibles. La surface ridée apparaît également très distinctement, avec en outre des zones claires et sombres par endroits. La sonde était très proche de Ganymède au moment du cliché : à son survol le plus resserré, elle n’était « qu’à » un peu plus de 1 000 kilomètres du sol.

Ganymède full
D’un pôle à l’autre, la surface est criblée de cratères. // Source : Nasa/JPL-Caltech/SwRI/MSSS

On distingue sur le cliché un cratère beaucoup plus clair que les autres, dont le diamètre fait un peu plus de 93 km. Il s’appelle Tros, qui est le nom du père de Ganymède dans la mythologie grecque. L’immense zone sombre, large de 3 800 km qui se trouve au-dessus de l’impact s’appelle la région Perrine, en référence à l’astronome américano-argentin Charles Dillon Perrine.

Un cliché incomplet

Il convient de noter que ce cliché proposé par la Nasa est pour l’instant incomplet, d’où son rendu en noir et blanc. La bonne nouvelle, c’est qu’une autre version arrivera bientôt. Livré avec la photographie, un commentaire de l’agence spatiale américaine indique que certains filtres étaient indisponibles pour délivrer immédiatement un visuel en couleur. Ce cliché n’en demeure pas moins spectaculaire.

Juno Ganymède
La face de Ganymède qui se trouvait à l’opposé du Soleil au moment de la photo. Enfin, une petite portion. // Source : Nasa/JPL-Caltech/SwRI

Concernant l’autre image, il s’agit d’un aperçu de la face de Ganymède qui se trouvait à l’opposé du Soleil au moment où la photo a été prise. Alors que le premier cliché a été pris avec la JunoCam, celui-ci a été obtenu avec une caméra de navigation servant à garder la sonde sur sa bonne trajectoire. Sur cette image, un pixel représente une distance quelque part entre 600 à 900 mètres.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo