Inutile de chercher une « super Lune rose » dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 avril 2021 (ni à aucun autre moment, d'ailleurs). La Lune ne sera ni rose ni « super ». Elle sera comme d'habitude, et c'est déjà un beau spectacle astronomique.

« Super Lune 2021 : une Lune rose à observer dans le ciel le 27 avril », « Super lune : ouvrez l’œil le 27 avril, elle sera toute rose ! », « Une lune rose éclairera le ciel le 27 avril » : si vous vous fiez aux titres accrocheurs qui s’affichent en tapant « Lune rose » dans le moteur de recherche Google, vous risquez d’être déçus.

La Lune ne sera pas plus rose que d’habitude (donc, pas du tout) dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 avril, ni même « super ». Elle sera juste… la Lune.

Oui, la Lune sera pleine (rien d’exceptionnel)

Il est exact que le mardi 27 avril 2021 correspond au jour de la pleine Lune. Elle a lieu très précisément à 5h31. Tous les 29 jours environ, on peut observer une pleine Lune dans le ciel nocturne (s’il n’est pas couvert de nuages, bien entendu). La Lune se trouve alors à l’opposé du Soleil par rapport à la Terre. La face visible de l’astre apparait entièrement illuminée par le Soleil. C’est le contraire de la nouvelle Lune (quand la Lune, se trouvant entre la Terre et le Soleil, n’est donc pas visible).

Non, la Lune ne sera pas rose

Inutile de chercher la Lune dans l’espoir de la voir prendre une teinte rosée le 27 avril : elle n’aura pas changé de couleur. L’expression « Lune rose » n’a pas de valeur scientifique.

Il s’agit d’un emprunt à une tradition culturelle nord-américaine, vraisemblablement issue des Amérindiens. Des noms de lune étaient appliqués chaque mois lunaire (et non pas au seul jour de la pleine Lune), commençant soit par une nouvelle Lune, soit par une pleine Lune. Depuis les années 1930, ces noms attribués à la Lune ont été repris dans The Old Farmer’s Almanac (« L’Almanach du vieux fermier »), un périodique américain publié depuis le 18è siècle, populaire pour ses prévisions météorologiques ou ses recettes de cuisine. Pour le mois d’avril, l’almanach utilise le surnom de « pleine Lune rose » (qui a été inspiré par la floraison printanière de la plante Phlox subulata).

La Nasa reprend régulièrement ces surnoms dans ses communications officielles, ce qui peut contribuer à entretenir une certaine confusion entre cette tradition culturelle et la réalité scientifique. Le 20 avril, l’agence spatiale a par exemple titré « La prochaine pleine Lune est une ‘Superlune’ rose », pour parler de la pleine Lune du 27 avril.

Image absolument irréaliste d’une Lune soi-disant rose. // Source : Flickr/CC/Papa Pic (photo recadrée)

Non, la Lune ne sera pas « super »

L’expression « super Lune » n’a pas plus de fondement scientifique que celle de « Lune rose ». Mais là où la « Lune rose » a au moins des origines culturelles, la « super Lune » emprunte elle carrément à l’astrologie. Dans son communiqué déjà mentionné plus haut, la Nasa cite directement l’astrologue Richard Nolle, qui a inventé l’expression en 1979 (l’astrologie consiste à interpréter symboliquement les positions et mouvements des astres, et ne doit pas être confondue avec l’astronomie, la science de l’observation des astres). Le fait que l’agence spatiale cite (maladroitement) cette source peut expliquer, à nouveau, la confusion autour de l’expression « super Lune », infondée scientifiquement.

L’expression semble employée pour désigner une situation qui a pourtant déjà un nom scientifique : le « périgée-syzygie ». Cela désigne la coïncidence de deux phénomènes : lorsque la pleine Lune a lieu au moment où l’astre est à sa distance minimale avec la Terre.

Les distances ne sont pas à l’échelle. // Source : Capture d’écran YouTube NASAJPL Edu

L’orbite de la Lune est globalement circulaire, mais il y a une légère variation de distance. L’astre peut donc s’éloigner ou se rapprocher de la Terre. Lors du périgée, sa distance à la Terre est minimale, d’environ 363 300 kilomètres. Au contraire lors de l’apogée, sa distance est maximale, d’environ 405 500 kilomètres. Les variations de distance font changer le diamètre apparent de la Lune. Néanmoins, cette différence est imperceptible à l’œil nu, en observant la Lune dans le ciel depuis la Terre.

Ce mardi 27 avril, la Lune sera à son périgée à 17h22, à une distance de 357 377 kilomètres. Puisque la pleine Lune tombe le même jour à 5h31, on peut considérer que les deux phénomènes coïncident à peu près, et donc cela peut avoir un sens de parler de « périgée-syzygie ». Mais en aucun cas il ne faut s’attendre à contempler une « super Lune » qui aurait soudainement doublé de volume ou qui serait toute de rose teintée. La Lune sera comme d’habitude (et c’est déjà un très beau spectacle).

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo