Une alarme a été déclenchée à bord de la Station spatiale internationale, au niveau du véhicule Crew Dragon. Un rayonnement pourrait être à l'origine du dysfonctionnement.

Une fausse alarme a été déclenchée à bord de la Station spatiale internationale, a rapporté la Nasa dans son rapport journalier de l’ISS, le 24 mars 2021. Repéré par The Register, l’incident pourrait avoir pour origine des radiations, qui auraient provoqué un dysfonctionnement au niveau du Crew Dragon.

« Pendant la nuit, Dragon a expérimenté un réveil inattendu déclenché par de fausses alertes d’urgence de l’ISS provoquées par des données erronées du pilote Dragon 1553 dans l’une des unités d’alimentation », écrit la Nasa dans son rapport. Pour rappel, la capsule Crew Dragon est le véhicule spatial de SpaceX, qui assure depuis 2020 le transport des équipages de l’ISS.

Le Crew Dragon attaché à l’ISS, et la Lune un peu plus loin. // Source : Flickr/CC/Nasa Johnson (photo recadrée)

L’équipage est intervenu

L’équipage de la station a dû intervenir pour résoudre le problème. « Les données erronées ont été résolues en basculant sur une liaison d’alimentation séparée, en redémarrant et en revenant à la configuration initiale pour confirmer le bon fonctionnement », décrit l’agence spatiale. Après avoir terminé la reconfiguration de la capsule, « Dragon est de retour avec un fonctionnement nominal et silencieux ». Comme le fait remarquer The Register, le retour à la normale du fonctionnement de la capsule Crew Dragon est une bonne nouvelle, puisque le véhicule doit permettre le retour des équipages sur Terre.

La Nasa sait bien que l’espace est un environnement hostile, où les astronautes comme le matériel sont exposés à des radiations, ou rayonnements radioactifs. Au-delà de l’atmosphère protectrice terrestre, ce rayonnement est omniprésent. Il est principalement originaire du Soleil, la plus importante source de rayonnement pour la Terre. Selon l’Agence spatiale européenne, les niveaux de rayonnement dans l’espace sont jusqu’à 15 fois plus élevés que sur la Terre. La coque de l’ISS est prévue pour offrir une certaine protection.

Ici, la Nasa pense que le souci est venu d’ « un rayonnement perturbé ». Selon l’agence, il n’y a qu’une « faible probabilité de réapparition », donc a priori peu de chances que l’incident se reproduise.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo