La sonde OSIRIS-REx est parvenue à récolter un prélèvement en touchant l'astéroïde Bennu. Selon la Nasa, l'échantillon est si gros qu'une partie s'échappe. Il s'agit maintenant de le stocker rapidement dans la capsule de retour.

La sonde OSIRIS-REx est entrée en contact avec l’astéroïde Bennu il y a quelques jours, dans la nuit du 20 au 21 octobre 2020. La Nasa a ensuite confirmé que le vaisseau était parvenu, à cette occasion, à récolter un échantillon de l’objet en quantité suffisante. Le 26 octobre, l’agence spatiale a ajouté qu’OSIRIS-REx était prêt à effectuer un « rangement précoce » de l’échantillon, ce 27 octobre, afin de le protéger le plus vite possible.

Pourquoi faut-il mettre aussi vite le prélèvement en sécurité ? «  Une quantité si importante d’échantillon a été prélevée qu’une partie s’échappe doucement de la tête d’échantillonnage  », a précisé l’agence spatiale dans un tweet. Afin de protéger l’échantillon, la Nasa a d’ailleurs préféré annuler une manœuvre, qui devait avoir lieu le 24 octobre : elle était destinée à mesurer la masse collectée avec une rotation de la sonde sur elle-même. Comme l’a bien expliqué l’astrochimiste Hervé Cottin sur Twitter, « l’opération risque de faire perdre de la matière tellement il y en a ». Le prélèvement doit aller dans le compartiment de stockage, dès que possible.

Des morceaux s’échappant du bras de la sonde. // Source : Nasa

Plus de 60 grammes auraient été prélevés

La Nasa indique que le vaisseau a très certainement réussi à récolter davantage que les 60 grammes de matériaux escomptés. Grâce aux images obtenues par l’instrument SamCam d’OSIRIS-REx (visibles dans le Gif ci-dessus), on peut voir que des particules semblent bien s’échapper de la tête d’échantillonnage, comme si elle semblait débordée par les matériaux prélevés. Ceci pourrait laisser soupçonner qu’il y a une légère ouverture, au niveau du « couvercle », coincé à cause de certaines des plus grosses roches, alors qu’il devrait se fermer une fois les matières capturées.

Face à ce constat, il est préférable de mettre à l’abri l’échantillon sans attendre, même si le stockage était initialement prévu pour le 2 novembre.

La Nasa travaille actuellement à l’accélération de l’étape du stockage (dont on peut voir un aperçu du déroulé dans le tweet ci-dessus), tout en cherchant à limiter les mouvements, afin de préserver l’échantillon tant qu’il n’est pas arrivé dans sa capsule de retour. Ce stockage se fait par étapes, supervisées par les équipes de la Nasa, qui envoient des commandes à la sonde. Il faut plus de 18 minutes pour qu’un signal voyage entre la Terre et la sonde, ce qui veut dire que chaque nouvelle étape nécessite environ 37 minutes de délai. Le processus devrait demander plusieurs jours. Une fois arrivé dans la capsule de retour d’échantillon de la sonde OSIRIS-Rex, le prélèvement pourra être transporté jusqu’à la Terre en sécurité.

Jusqu’à présent, la mission d’OSIRIS-REx semble globalement se dérouler dans de bonnes conditions. En perturbant la surface de l’astéroïde et en récoltant cet échantillon, OSIRIS-REx nous permettra peut-être un jour de mieux cerner Bennu, cet astéroïde dont nous avons encore beaucoup à apprendre.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo