Voisine de la Voie lactée, la galaxie d'Andromède est un objet qui fascine les astronomes. À l'aide du télescope Hubble, des scientifiques ont cartographié l'impressionnant halo qui entoure cette structure.

Des scientifiques sont parvenus à dresser une carte du halo de la galaxie d’Andromède, la galaxie spirale la plus proche de la Voie lactée. C’est le télescope Hubble qui a permis d’observer l’enveloppe de gaz qui entoure notre voisine, a expliqué la Nasa le 27 août 2020. Une étude parue dans The Astrophysical Journal détaille ce projet baptisé AMIGA, pour « Absorption Maps In the Gas of Andromeda » (une prépublication du texte est disponible sur arXiv).

Les observations du télescope ont révélé, à la surprise des scientifiques, que le halo d’Andromède s’étend sur 1,3 million d’années-lumière (ce qui représente à peu près la moitié du chemin pour arriver jusqu’à la Voie lactée), voire 2 millions d’années-lumière dans certains endroits. Comme l’indique l’agence spatiale, cela veut dire que le halo de la galaxie d’Andromède se heurte déjà au halo de la Voie lactée.

Le halo d’Andromède. Les points représentent des quasars. // Source : NASA, ESA, and E. Wheatley (STScI) (image recadrée)

L’étude d’un halo de galaxie, qui est un véritable réservoir de gaz, peut révéler beaucoup d’éléments sur l’évolution de la galaxie en question. On peut en savoir davantage sur la formation future d’étoiles ou sur des événements comme les supernovae. Les données de Hubble permettent de réaliser à ce jour l’analyse la plus complète d’un halo de galaxie.

43 quasars scrutés par Hubble

Pour observer le halo de cette galaxie, les scientifiques ont utilisé 43 quasars — des galaxies plus lointaines très brillantes alimentées par de voraces trous noirs — dispersés en arrière-plan. En regardant comment le halo d’Andromède absorbait la lumière des quasars, il a été possible de mieux comprendre les caractéristiques de cette immense structure. Le télescope Hubble, qui opère depuis l’espace, était indispensable pour détecter la lumière ultraviolette émise par les quasars, car cette lumière est absorbée par l’atmosphère terrestre.

Connaître les caractéristiques du halo d’Andromède est un bon moyen d’en apprendre plus sur le halo de notre propre galaxie. Comme nous sommes à l’intérieur de la Voie lactée, il est compliqué de l’étudier. Or, on soupçonne que les halos de ces deux galaxies sont assez semblables.

Cette carte souligne enfin la place occupée par Andromède dans notre ciel. Si l’on pouvait voir la galaxie d’Andromède dans le ciel à l’œil nu, son halo occuperait environ trois fois la largeur de la Grande Ourse, estiment les chercheurs. La galaxie, qui se trouve à 2,5 millions d’années-lumière de la Voie lactée, serait de loin l’élément le plus notable du ciel nocturne.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo