Jamais une nova n'avait pu être observée du début jusqu'à la fin du phénomène. Par chance, des scientifiques ont pu suivre l'évolution de V906 Carinae. L'événement se trouvait dans une zone du ciel balayée par une constellation de nanosatellites.

L’évolution d’une nova a été observée : c’est la première fois que des astronomes assistent à ce processus du début à sa fin. Dans une étude, publiée le 13 avril 2020 au sein de la revue Nature Astronomy, une équipe de scientifiques décrit l’observation de « V906 Carinae », une nova située dans la Voie lactée. Les chercheurs ont réussi à suivre « une courbe de lumière optique sans précédent qui suit l’évolution de l’éruption depuis ses débuts », écrivent-ils dans leurs travaux.

Lorsqu’une nova se produit, cela signifie qu’une étoile est en train de devenir bien plus lumineuse de façon soudaine. Ceci peut donner l’impression qu’une nouvelle étoile est en train de se constituer, d’où le nom qui a été donné à ce phénomène. L’astre reprend ensuite son éclat de départ. La nova implique un système stellaire composé de deux objets : une naine blanche (un astre très dense, résidu d’une étoile de masse modérée) et son étoile compagnon. En aspirant la matière de son compagnon, la naine blanche s’échauffe. Ceci déclenche une réaction, responsable de la hausse soudaine de luminosité observée.

Vue d’artiste de l’éruption d’une nova. // Source : Nova_by K. Ulaczyk, Warschau Universität Observatorium (photo recadrée)

Les origines d’un événement aussi impressionnant ne sont pas parfaitement comprises par les scientifiques. En réussissant à observer une nova du début à la fin, les chercheurs font un pas important dans la compréhension du phénomène. V906 Carinae a été découverte le 20 mars 2018, dans le relevé astronomique du All Sky Automated Survey for SuperNovæ.

Coup de chance : la nova était dans une zone déjà observée

Par chance, la nova se trouvait dans une zone observée depuis le 20 février par BRITE (BRIght Target Explorer), une constellation de nanosatellites opérés par un consortium d’universités au Canada, en Autriche et en Pologne. BRITE était en train de regarder des étoiles en continu en direction de la constellation de la Carène. Le 22 mars, le réseau de satellites a enregistré une variation de luminosité : une analyse des images a montré une nouvelle source, V906 Carinae, classée comme une nova.

L’observation continue de V906 Carinae a bien montré comment une nova peut produire un éclat momentané aussi intense. Les scientifiques comptent sur le futur télescope optique Vera-C.-Rubin, en cours de construction au Chili, pour détecter d’autres événements aussi lumineux, et ainsi mieux comprendre « ces événements exotiques lointains » que sont les novæ.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo