Une carte du paysage géologique de Titan, une lune de Saturne, a été dressée grâce aux données de la mission Cassini. Très détaillée, elle montre que l'astre a une surface très diversifiée.

Une carte très détaillée de Titan, la plus grande lune de Saturne, montre les caractéristiques variées de la surface de l’astre. Dans une étude publiée le 18 novembre 2019 dans Nature Astronomy, des scientifiques présentent le « paysage géologique complexe » de Titan.

Les propriétés de cette lune font de sa surface l’une des « plus diversifiées sur le plan géologique dans le système solaire », assurent les auteurs du texte. Sur les 150 lunes connues du système solaire, Titan est la seule qui possède une « atmosphère substantielle », selon la Nasa. On sait aussi que cette lune est le seul astre connu, excepté la Terre, à posséder de l’eau liquide en surface. Même si la Terre et Titan ont des températures différentes ou contiennent des matériaux distincts, « bon nombre de leurs caractéristiques de surface sont similaires », écrivent les chercheurs.

La carte géologique de Titan, la plus grande lune de Saturne. // Source : NASA/JPL-Caltech/ASU (photo recadrée et modifiée)

Des plaines, des dunes, des labyrinthes et des lacs

À partir de cette carte très détaillée, les scientifiques listent les caractéristiques géologiques marquantes de Titan :

  • Au niveau de l’équateur, on trouve principalement des dunes,
  • Aux latitudes moyennes, il y a des plaines,
  • Aux pôles, on trouve des lacs et des terrains qui ressemblent à des labyrinthes.

« Les dunes et les lacs sont relativement jeunes », écrivent les chercheurs, tandis que « les terrains montagneux et les collines sont les plus anciens de Titan ». Les scientifiques expliquent que la surface de la lune de Saturne a été modifiée par des processus géologiques variés, comme des impacts (qui ont créé des cratères), l’érosion, des précipitations ou encore le cryovolcanisme (une activité volcanique provoquée par de la fusion de glace).

Les chercheurs précisent que Titan est en majorité couverte de plaines, qui représentent 65 % de sa surface totale. Arrivent ensuite les dunes, qui occupent 17 % de la surface de l’astre. Les terrains montagneux couvrent 14 % de la surface. Les pôles de Titan accueillent plus de 650 lacs différents. Certains sont secs et d’autres sont occupés par des hydrocarbures liquides. Quant aux cratères, les chercheurs ont pu en identifier 23 qui mesurent plus de 20 kilomètres de diamètre. À partir de cette carte, les chercheurs déduisent que les pôles ont des « conditions plus humides » que le reste de la lune.

Saturne, vue de Titan. // Source : Flickr/CC/Kevin Gill (photo recadrée)

Des processus variés qui restent à étudier

Pour dresser cette carte, les scientifiques ont utilisé des données de la mission Cassini développée par la Nasa. Cette sonde spatiale s’est placée en orbite autour de Saturne en 2004. Sa mission s’est achevée en 2017, lorsque la sonde a plongé dans l’atmosphère de Saturne. Cassini embarquait à son bord un radar qui devait servir à obtenir une cartographie de la surface de Titan, en perçant son voile nuageux.

Puisque la surface de Titan peut clairement être divisée en unités distinctes, les chercheurs en déduisent qu’ « une variété de processus doivent agir à la surface de cette lune, contrôlés par des conditions climatiques, saisonnières et de relief ». La mission Cassini a permis de découvrir que Titan était l’un des mondes les plus semblables à la Terre parmi ceux que nous connaissons. La connaissance de Titan devrait encore s’affiner dans les années à venir : en 2034, un drone de la Nasa doit explorer cette lune pour chercher des traces de vie.

Partager sur les réseaux sociaux