La mission VA250 doit prendre son envol le 26 novembre. Une anomalie d'alimentation avait poussé Arianespace à repousser ce tir, prévu au départ pour le 22.

Quelle est la mission ?

Deux satellites sont à convoyer jusqu’à l’orbite géostationnaire : TIBA-1 et Inmarsat GX5. Le premier est un satellite égyptien de télécommunications civiles et gouvernementales. Le second appartient à l’opérateur Inmarsat et est destiné aux communications mobiles. L’un comme l’autre ont une durée de vie annoncée d’au moins quinze ans. Le Caire tout comme Inmarsat sont des clients réguliers d’Arianespace.

VA250
Visuel de la mission VA250. // Source : Arianespace

Le transport des deux satellites se fera avec une fusée Ariane 5 ECA, dont la particularité est de pouvoir acheminer 10 tonnes de charge utile en orbite de transfert géostationnaire. La fusée Ariane 5 ECA est le seul modèle de lanceur de la gamme qu’utilise Arianespace, en attendant Ariane 6. Il est à noter au passage que cette mission sera le 250ème vol effectué par Arianespace depuis que l’entreprise lance des satellites.

Contrairement à SpaceX, Arianespace ne peut pas procéder à une récupération de la coiffe, des boosters ou du premier étage la fusée. Ceux-ci retomberont dans l’océan (L’étage principal doit retomber au large des côtes africaines dans l’Atlantique, dans le golfe de Guinée). Cela étant, Arianespace s’intéresse aux lanceurs réutilisables : des concepts comme Callisto et Themis sont étudiés.

Quand ?

À cause d’une anomalie au niveau de l’alimentation, le vol qui devait survenir le 22 novembre a été repoussé. La fenêtre de tir de repli disponible le lendemain n’a pas non plus pu être exploitée. En conséquence, c’est désormais le créneau du 26 novembre, à partir de 22h08 (heure de Paris) qui est visé.

« Les investigations menées sur l’alimentation en énergie des moyens sols du pas de tir Ariane 5 ainsi que les vérifications associées permettent la reprise des opérations de chronologie finale de la mission Arianespace VA250 », a sobrement commenté Arianespace. Le 22 novembre, un problème avait été détecté sur les moyens sols, passant le voyant « ensemble de lancement » au rouge et causant l’arrêt du compte à rebours, a rapporté le Centre national d’études spatiales. Une  anomalie d’alimentation avait été identifiée.

Comment suivre le lancement en direct

Le lancement est retransmis sur le site d’Arianespace et aussi sur la chaîne YouTube du Centre national des études spatiales.

(mise à jour avec l’annonce du tir pour le 26 novembre)

Crédit photo de la une : ESA–S. Corvaja

Partager sur les réseaux sociaux