Des scientifiques ont réalisé une carte en trois dimensions de notre galaxie. Elle permet de constater que la Voie lactée n'est pas un disque plat, mais bien qu'il est tordu.

La galaxie n’est pas un disque plat : la Voie lactée est incurvée et ses extrémités forment une sorte de « S ». Une nouvelle carte en 3D, qui représente notre galaxie à une échelle particulièrement grande, permet de s’en rendre compte. Elle a été présentée dans la revue Science le 2 août 2019. Une prépublication de l’étude complète est consultable sur la plateforme arXiv.org.

« Cette carte montre la structure de la jeune population stellaire de notre galaxie et nous permet de délimiter la forme tordue du disque de la Voie lactée », écrivent les auteurs. Jusqu’à présent, la forme du disque de la Voie lactée a été établie à l’aide de structures observées dans d’autres galaxies, explique l’université de Varsovie dans un communiqué. Pour obtenir une carte plus convaincante, les scientifiques ont utilisé la position et la distance de milliers d’étoiles appelées les Céphéides.

La carte de la Voie lactée. // Source : J. Skowron/OGLE/Astronomical Observatory, Université de Varsovie

Les Céphéides sont des étoiles variables, c’est-à-dire que leur luminosité peut varier au cours du temps. Comme l’explique l’Observatoire de Paris, ces étoiles sont très utiles pour mesurer des distances : on les surnomme d’ailleurs les « chandelles standards ». Ces étoiles sont « suffisamment brillantes pour être détectées à des distances extragalactiques et, dans notre galaxie, à travers les nuages interstellaires de gaz et de poussières », écrivent les auteurs de l’étude.

Le disque n’a pas la même épaisseur partout

La carte en trois dimensions montre clairement que le disque de la Voie lactée n’est pas plat. Il est déformé jusqu’à des distances de 25 000 années-lumière, par rapport au centre galactique, c’est-à-dire le centre de rotation du disque. Cette modélisation permet aussi de constater que le disque n’a pas la même épaisseur partout. À proximité du Soleil, il fait environ 500 années-lumière d’épaisseur, tandis qu’il en fait plus de 3 000 au niveau du bord.

Pour construire cette nouvelle carte en 3D, les scientifiques ont utilisé une base regroupant plus de 2 400 Céphéides. Ce relevé astronomique, effectué à l’université de Varsovie, porte le nom d’Optical Gravitational Lensing Experiment. Cette vaste enquête porte sur la luminosité de 2 milliards d’étoiles, dont les Céphéides de la Voie lactée.

Comme le relève Space.com, la forme tordue de notre galaxie pourrait être expliquée par son passé tumultueux. De probables interactions avec des galaxies satellites, du gaz dans le milieu intergalactique ou l’hypothétique matière noire pourraient avoir contribué à la déformation de la Voie lactée.

Partager sur les réseaux sociaux