Au milieu des cratères naturels de la Lune, la sonde Beresheet a peut-être laissé une trace. L’appareil s’est écrasé sur l’astre en avril. Grâce à une autre sonde, le lieu de l’impact semble avoir été identifié.

Où s’est écrasé Beresheet sur la Lune ? Grâce à une image de la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter, on connait désormais l’endroit où la sonde israélienne de SpaceIL a fini son voyage. La Nasa a dévoilé la photo du site où s’est produit l’impact le 15 mai 2019. Le cliché semble montrer que l’événement a laissé une trace sur la Lune.

L’image suivante a été prise le 22 avril, soit 11 jours après la tentative d’atterrissage de Beresheet. L’appareil s’est écrasé dans la mer de Sérénité, une mer au sens lunaire (lire : une grande plaine) de 303 000 km². La sonde Lunar Reconnaissance Orbiter a pris cette photo à 90 kilomètres de distance de la surface de la Lune.

Le site d'impact de Beresheet. // Source : NASA/GSFC/Arizona State University

Le site d'impact de Beresheet.

Source : NASA/GSFC/Arizona State University

L’image permet de distinguer une tâche sombre, qui semble être la zone où Beresheet a heurté la Lune. D’après la Nasa, elle fait 10 mètres de large. Sa couleur laisse penser qu’il s’agit « d’une surface devenue rugueuse à cause d’un atterrissage brutal, qui est moins réfléchissante qu’une surface propre et lisse », décrit l’agence spatiale.

Y a-t-il un nouveau cratère ?

On ne sait pas si Beresheet a créé un nouveau cratère d’impact sur la Lune en tombant. Si c’est le cas, la Nasa soupçonne qu’il serait trop petit pour être visible sur le cliché. Beresheet n’a peut être provoqué qu’une entaille, car la sonde est plus légère et arrivait plus lentement, si on la compare à une météorite qui aurait fait sa taille. La Nasa a aussi publié une photo du site prise en décembre 2016, dans des conditions d’éclairage similaires, afin de comparer les lieux avant et après l’incident.

Le site avant et après l'impact. // Source : NASA/GSFC/Arizona State University

Le site avant et après l'impact.

Source : NASA/GSFC/Arizona State University

Le crash de Beresheet pourrait avoir pour origine une erreur humaine. SpaceIL ne l’a pas écrit explicitement mais a déjà évoqué une « commande » qui aurait eu pour conséquence d’arrêter le moteur principal de la sonde. Ce dernier n’aurait ensuite pas redémarré, entraînant fatalement le crash.

L’un des instruments de Beresheet marche-t-il encore ?

La sonde Lunar Reconnaissance Orbiter devrait repasser au dessus de cette zone le 19 mai prochain. La Nasa espère saisir l’opportunité pour savoir si l’instrument qu’elle a fourni à Beresheet fonctionne toujours. Il s’agit d’un rétroréflecteur, qui devait permettre de mesurer la distance entre la Terre et la Lune avec un laser terrestre.

Malgré l’échec de cet alunissage, SpaceIL n’a pas dit son dernier mot : une nouvelle sonde, baptisée Beresheet 2, pourrait un jour partir vers la Lune. Comme son prédécesseur, l’appareil porterait en lui un espoir pour Israël : celui de devenir la quatrième nation à poser un vaisseau (enfin fonctionnel) sur la Lune.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !