Le bilan carbone correspond aux émissions de gaz à effet de serre qu'un individu ou une entreprise peut produire. Voici comment estimer votre impact personnel, par rapport à vos proches, mais aussi à la moyenne des Français.

Entre les trajets en avion, le chauffage et la consommation de certains aliments, le bilan carbone augmente bien vite. Pour avoir une idée de la quantité de gaz à effet de serre que vous émettez et de l’impact que vous pouvez avoir sur l’environnement, le site de l’association militante Avenir Climatique a développé un outil.

Comment calculer son bilan carbone en 5 minutes

Cet outil s’appelle MicMac et il est disponible en ligne, gratuitement. Vous avez deux options : une version courte, moins complète, et une version un tout petit peu plus longue et détaillée.

Deux choix sont proposés. // Source : Avenir climatique

Les deux versions contiennent les mêmes rubriques principales. Elles concernent votre logement, vos transports à titre non-professionnel, votre alimentation, les biens ou services que vous consommez, les services publics ou les modes d’épargnes utilisés.

Les rubriques // Source : Avenir climatique

Avant de commencer, sachez que vous aurez besoin pour certaines questions de :

  • votre facture d’électricité, de gaz ou de fioul ;
  • le montant approximatif de vos comptes épargne.

Quels résultats ?

En 5 minutes montre en main, vous aurez le résultat de votre bilan carbone. Il s’avère que nous étions en dessous de la moyenne, mais les chiffres grimpent très, très vite.

Nos résultats // Source : Avenir climatique

Ce résultat est celui d’une personne vivant dans un petit appartement parisien, qui n’a pas besoin de voiture et se déplace donc en métro, prend très peu l’avion et mange peu de produits d’origine animale comme la viande, dont la production exige beaucoup d’émissions de CO2.

Une autre personne de la rédaction de Numerama qui prend beaucoup plus l’avion arrivait largement au-delà de la moyenne, à cause de ce seul paramètre.

Ce compteur donne uniquement une estimation de votre impact écologique, et il n’est évidemment pas extrêmement précis — la catégorie Internet / matériel informatique mériterait d’être plus développée par exemple. Il permet de mieux se rendre compte de l’impact de certaines activités comme l’avion, la consommation de fruits et légumes qui ne sont pas de saison ou encore l’utilisation d’Internet.

D’autres critères sont plus à relativiser. Le métro par exemple, a un impact fort dans nos bilans, mais cet impact est toujours moins élevé que celui d’une voiture avec un seul passager.

Le site d’Avenir climatique contient une page de conseils pour celles et ceux qui sont un peu déçus de leur bilan carbone et voudraient le réduire.

L’AFP a expliqué le 9 mai que l’Union européenne dans son ensemble avait réussi en 2018 à réduire ses émissions de CO2. Le Portugal a décroché le record, avec une baisse de 9 % par rapport à 2017. D’autres pays comme le Luxembourg et l’Estonie ont en revanche vu leurs chiffres augmenter.

À lire sur Numerama : Les tote bags sont-ils vraiment plus écologiques que les sacs en plastique  ?

Crédit photo de la une : Pixabay

Partager sur les réseaux sociaux