Les abeilles peuvent apprendre à additionner et soustraire. Des chercheurs ont installé un dispositif pour les inciter à calculer correctement. En résolvant le problème, elles pouvaient obtenir de la nourriture.

Les abeilles sont capables de faire des additions et des soustractions. Voici la conclusion à laquelle sont parvenus des chercheurs australiens et une chercheuse française dans la revue Sciences Advances le 6 février 2019.

Les insectes ont réussi à faire ces calculs en utilisant des symboles : les couleurs bleu et jaune. Avec leur « cerveau miniature », les abeilles parviennent à voler librement en utilisant ces éléments pour résoudre des calculs. Pour cela, elles doivent à la fois acquérir « des règles à long terme » et mobiliser leur « mémoire de travail à court terme », écrivent les spécialistes.

Des abeilles. // Source : Pixabay (photo recadrée)

De la nourriture à chaque réponse juste

Comment les scientifiques s’y sont-ils pris pour découvrir si les abeilles savaient soustraire et additionner ? Ils ont installé une sorte de petit labyrinthe en « Y », permettant d’accéder à deux zones. À l’entrée de cette boîte, l’abeille est confrontée à une stimulation visuelle, représentant des formes. Si l’abeille doit soustraire, les formes sont représentées en jaune. Si elle doit faire une addition, les formes sont en bleu.

Une fois entrée dans la boîte, l’abeille doit choisir parmi deux destinations, elles aussi accompagnées de formes colorées. L’une d’elles représente la bonne réponse, avec une forme ajoutée ou soustraite de l’image. À chaque fois que l’abeille parvient à résoudre le problème, elle est récompensée en accédant à de l’eau sucrée. En cas d’erreur, elle ne peut s’abreuver que d’un liquide amer.

En jaune, une soustraction. En bleu, une addition. // Source : Science Advances, Vol. 5, no. 2

À l’école des abeilles

Les chercheurs savaient que les abeilles butineuses ont tendance à revenir à un même endroit si elles y trouvent de la nourriture. Avec cette installation, ils ont ainsi attiré naturellement les abeilles, qui volaient entre leur ruche et le lieu de l’expérimentation. Ils ont ainsi favorisé un long processus d’apprentissage — l’expérience a duré entre 4 et 7 heures.

Comme l’expliquent les auteurs de l’étude, il a fallu environ 100 essais pour que les insectes apprennent que le bleu signifiait « + 1 » et que le jaune signifiait « – 1 ». « Notre ‘école des abeilles’ dans le labyrinthe en Y leur a permis d’apprendre à utiliser des opérateurs arithmétiques pour additionner ou soustraire », assurent les scientifiques.

100 essais ont permis aux abeilles d’apprendre le sens des couleurs

Ces travaux semblent montrer que ces insectes font partie des animaux capables de développer une aptitude pour le calcul. Les abeilles ont d’autres ressources : elles savent par exemple comment vibrer pour motiver les plus inactives de la ruche.

Crédit photo de la une : Pixabay (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux