Selon une étude, les expériences de mort imminente ne seraient pas le signe d'une vie après la mort mais un simple cocktail chimique produit par votre cerveau.

Dans une étude publiée le 15 août 2018 au sein du journal universitaire Frontiers in Psychology, neuf chercheurs de l’Imperial College London (ICL) rapprochent les effets physiques d’expériences de mort imminente (EMI) à la prise de puissantes substances psychotropes comme la diméthyltryptamine (DMT).

Pour ce faire, les chercheurs ont soumis treize participants en bonne santé à deux tests, l’un impliquant l’injection de DMT, l’autre d’un placebo. Ils ont ensuite fait part de leurs résultats.

Le Cauchemar // Source : Johann Heinrich Füssli

L’expérience de mort imminente, simple illusion de notre cerveau ?

L’EMI a été décrite par de nombreuses personnes, le plus souvent par des rescapés d’arrêts cardiaques ou de comas profonds. La plupart du temps, ces individus décrivent un phénomène de décorporation (flotter hors de son corps). D’autres parlent d’une classique lumière blanche, un tunnel, la perception de sons ou de voix familières. Somme toute, l’EMI fait l’objet de nombreuses spéculations, scientifiques comme paranormales, voire religieuses quand l’individu affirme avoir vu des bouts d’écrits saints.

L’équipe du Imperial College London souhaite apporter une tout autre explication à ces effets. Les chercheurs effectuent leurs tests en deux sessions où il est important de préciser que les sujets ne savent pas s’ils reçoivent la DMT ou le placebo. Par la suite, une fois les effets des psychotropes disparus, les participants devaient remplir un questionnaire appelé le Greyson NDE scale. Ce questionnaire a été créé en 1983 par un professeur de psychiatrie et de sciences neurocomportementales, Bruce Greyson, afin d’évaluer l’intensité d’une EMI. Comme l’indique l’étude de l’ICL, c’est l’échelle de mesure la plus utilisée à ce jour, elle a été construite sur la base de 67 participants ayant vécu une ou plusieurs EMI. Le questionnaire consiste en 16 questions, un score égal ou supérieur à 7 fera état d’une EMI.

Les résultats du laboratoire ont démontré que les effets de la DMT se rapprochaient grandement des EMI, ce qui n’était pas le cas lorsque le placebo (une solution saline) avait été injecté. Les participants vivaient également des phénomènes de décorporation et des « expériences mystiques » comme la sensation de ne faire qu’un avec des objets ou des personnes autour. « Pris dans leur ensemble, ces résultats montrent une similarité frappante entre la phénoménologie des EMI et les expériences provoquées par la DMT », affirme l’étude.

« L’EMI survient en raison d’un changement significatif au niveau du fonctionnement du cerveau »

Robin Carhart-Harris, l’un des chercheurs de l’ICL, a déclaré : « Ces résultats sont importants, car ils nous rappellent que l’EMI survient en raison d’un changement significatif au niveau du fonctionnement du cerveau et non en raison de quelque chose au-delà du cerveau. » Il ajoute que la DMT constitue un outil remarquable pouvant aider à mieux comprendre la dimension psychologique et biologique de la mort.

Partager sur les réseaux sociaux