L’atterrisseur lunaire japonais SLIM s’était posé à l’envers sur la Lune, compromettant la suite de la mission. Pourtant, la Jaxa n’a pas abandonné SLIM à son sort. Bonne nouvelle : la mission a repris.

Le Japon est devenu le cinquième pays à se poser sur la Lune, le 19 janvier 2024. Mais, rapidement, sa mission SLIM a eu des ennuis sur la Lune. Une première photo prise sur place a permis de découvrir que l’atterrisseur japonais s’était échoué sur la Lune, la tête à l’envers. À cause de cette mauvaise orientation, la Jaxa (agence spatiale japonaise) n’était pas certaine de réussir à charger les panneaux solaires de SLIM. Or, sans cette source d’énergie, SLIM ne pouvait pas fonctionner.

Malgré cette situation complexe, la Jaxa n’a pas baissé les bras. Et, le 29 janvier, l’agence spatiale a pu annoncer la bonne nouvelle : SLIM fonctionne de nouveau ! « La communication avec SLIM a été établie avec succès […] et les opérations ont repris », a informé le compte de la mission sur X. SLIM a immédiatement entamé ses observations scientifiques et pris une image d’une roche située à proximité. « Nous sommes extrêmement fiers de l’équipe qui a continué les opérations jour et nuit pour joindre SLIM à nouveau », s’est félicité la Jaxa.

Image capturée par SLIM sur la Lune. // Source : Via X @SLIM_JAXA (image recadrée)
Image capturée par SLIM sur la Lune. // Source : Via X @SLIM_JAXA (image recadrée)

Sitôt relancé, SLIM a observé une roche « Caniche toy » sur la Lune

La roche lunaire observée de plus près par SLIM a été nommée « Toy Poodle », que l’on peut traduire en « Caniche toy » (le plus petit des caniches). Après son atterrissage, et avant de cesser ses activités par manque d’énergie, SLIM s’était servi de sa caméra multispectrale MBC (pour « Multi-Band Camera ») pour effectuer des « opérations de balayage » de la zone environnante.

Comme l’expliquait la Jaxa dans un communiqué du 25 janvier, ce balayage « sert à l’examen préliminaire des roches d’intérêt scientifique situées autour du site d’atterrissage de SLIM ». Le spécimen « Caniche toy » faisait partie des roches que l’équipe de la mission avait jugées intéressantes.

Les roches observées par SLIM, dont « Toy Poodle ». // Source : JAXA, RITSUMEIKAN UNIVERSITY, THE UNIVERSITY OF AIZU
Les roches observées par SLIM, dont « Toy Poodle ». // Source : JAXA, RITSUMEIKAN UNIVERSITY, THE UNIVERSITY OF AIZU

Même si SLIM s’est posé sur la Lune dans le mauvais sens, ce problème d’orientation ne semble finalement pas nuire à sa mission. L’un des objectifs scientifiques de SLIM est d’analyser les roches de son site d’atterrissage, afin d’en apprendre davantage sur les origines de la Lune et sa formation. La caméra MBC est l’unique instrument scientifique de l’atterrisseur, destiné à photographier les roches pour que l’équipe de la mission puisse ensuite les analyser.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !