Une explosion a surpris les astronomes par son intensité et sa disparition tout aussi rapide. Un trou noir pourrait en être à l’origine.

Les astronomes sont « impressionnés ». Une « ultra explosion » repérée par des chercheurs situés à Hawaï, au Chili et en Afrique du Sud, a émis jusqu’à 100 fois plus d’énergie qu’une supernova moyenne, dévoile un article du média spécialisé Space ce 8 septembre. L’explosion, baptisée AT2022aedm, a été observée alors qu’elle émergeait d’une galaxie rouge située à environ 2 milliards d’années-lumière de la Terre. Les chercheurs ont rapidement estimé qu’il s’agissait d’une chose jamais vue auparavant.

« AT2022aedm se distingue par le fait qu’il s’agit de l’une des explosions les plus brillantes que nous ayons jamais observées, et qu’elle est également l’une des plus rapides à s’éteindre après son apogée » a déclaré Matt Nicholl, astrophysicien à l’université Queen’s de Belfast.

En seulement deux semaines, AT2022aedm a émis autant d’énergie que le soleil pendant ses 10 milliards d’années d’existence. L’éclat était d’une telle ampleur qu’elle a mérité la création d’une nouvelle catégorie à part entière : « Luminous Fast Cooler » ou LFC (refroidissement rapide lumineux). Ce nom est un clin d’œil du chercheur Matt Nicholl et ses collègues pour leur équipe de football favorite, Liverpool football club, qui porte également l’acronyme LFC.

Un trou noir entouré d’étoiles

L’origine de l’explosion ? « Je pense que l’explication la plus plausible pour des LFC telles que AT2022aedm serait la destruction d’étoiles par un trou noir » indique Matt Nicholl. Si un trou noir de faible masse se trouvait dans un environnement dense avec de nombreuses étoiles et que ces dernières s’approchent de trop près, un trou noir stellaire serait encore capable de déchirer et de consumer ces étoiles.

Vue d'artiste du trou noir et de son jet. // Source : S. Dagnello (NRAO/AUI/NSF)
Vue d’artiste du trou noir et de son jet. // Source : S. Dagnello (NRAO/AUI/NSF)

On ne peut pas parler en revanche de Supernova. « La galaxie dans laquelle l’explosion est observée ne contient que de vieilles étoiles de faible masse ; elles n’ont pas plus de huit fois la masse du soleil, et c’est ce qu’il faut pour obtenir une supernova », a expliqué l’astronome. Un trou noir serait donc un coupable tout désigné.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !