L’une des premières images sublimes de James Webb permettait d’admirer la nébuleuse de la Carène. Les astronomes ont plongé dans les profondeurs de ses falaises cosmiques et ont fait une grande découverte.

Quelque chose d’incroyable était caché dans l’une des premières images spectaculaires de James Webb. Un « trésor » était « enfoui » dans la nébuleuse de la Carène, située à 8 500 années-lumière de nous, immortalisée par l’observatoire spatial JWST. C’est ce que la Nasa a annoncé le 15 décembre 2022. « Une plongée profonde [ndlr : dans cette image] a révélé de jeunes étoiles à un stade de développement furtif — et peut nous aider à étudier comment les étoiles comme notre Soleil se forment. »

Pour les astronomes, observer des étoiles aussi jeunes est complexe. Comme le rappelle l’agence spatiale, « les étoiles à ce stade précoce de développement sont cachées dans des nuages de poussière et de gaz ». Seuls des instruments sophistiqués, notamment capables de voir la lumière infrarouge, peuvent détecter la trace de ces astres en devenir, surtout à ce moment très particulier. Cette période très précoce dans leur développement, que James Webb a vu, est brève : elle dure à peine quelques milliers d’années, sur un processus entier de formation qui peut durer des millions d’années.

Voilà ce qui est arrivé au Soleil il y a presque 5 milliards d’années

Que voit-on exactement ? Nous sommes dans NGC 3324, la nébuleuse de la Carène. Ces « falaises cosmiques » sont situées au bord d’une cavité gazeuse. Les toutes jeunes étoiles qui s’y forment « interagissent avec leur environnement en absorbant de la matière puis en en éjectant une partie », résume la Nasa. Cette matière éjectée forme des jets, qui contribuent à réchauffer l’hydrogène environnant. C’est cela qui produit la lumière que James Webb perçoit.

À droite, les zones étudiées plus en détail par les astronomes. // Source : NASA, ESA, CSA, STScI
À droite, les zones étudiées plus en détail par les astronomes. // Source : NASA, ESA, CSA, STScI

L’astrophysicien Eric Lagadec, de l’observatoire de la Côte d’Azur, résume tout cela en quelques mots : « On voit ce qui est arrivé au Soleil il y a 4,6 milliards d’années ! ». Comme toutes les étoiles, celle au cœur du système solaire n’est pas immortelle. Le Soleil est actuellement au milieu de sa vie, qui a commencé dans des conditions comparables à celles que les astronomes voient désormais dans la nébuleuse de la Carène.

Auparavant, ces jets et écoulements n’avaient été observés que dans des régions proches, à travers lesquelles le télescope Hubble était capable de les distinguer. Grâce à James Webb, les scientifiques peuvent dorénavant plonger dans des régions bien plus lointaines, et obtenir un aperçu sur ce qui a dû être le passé de notre système solaire.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !