Vingt ans après Galileo, Juno passe dans les parages d’Europe, une des lunes de Jupiter. L’occasion de la prendre de très près. Cela n’avait plus été

C’est un premier aperçu brut d’Europe, la lune de Jupiter, mais qui permet déjà de voir de nombreux détails de sa surface. Dans un message publié le 29 septembre, l’agence spatiale américaine a partagé une photographie du satellite prise par la sonde Juno, alors qu’elle effectuait un survol à « basse » altitude. Au plus près, elle se trouvait à peine à 352 kilomètres du sol.

La Nasa prévient qu’il s’agit d’un rendu provisoire. « Nous recevons et traitons les images du survol matinal de la mission Juno, l’observation la plus proche de la lune de Jupiter incrustée de glace depuis plus de 20 ans. Voici ce que nous avons vu jusqu’à présent. Nous serons bientôt de retour avec des images entièrement traitées », précise l’agence dans son message sur Twitter.

Juno Europe
Un premier rendu brut de la lune Europe prise par Juno. // Source : Nasa

Ce n’est pas la première fois que des engins venus de la Terre s’approchent de cette Lune pour en capter des détails. Au début des années 70, les sondes Pioneer 10 et Pioneer 11 avaient survolé Europe. Les deux sondes Voyager étaient aussi passées dans les parages à la fin des années 70, tout comme New Horizons, en 2007, alors en route vers Pluton.

La mission qui a toutefois vraiment approché Europe — et ne s’est pas contentée d’être juste de passage — est Galileo, entre 1995 et 2003. Galileo visait justement à étudier Jupiter et ses lunes (Io, Europe, Ganymède et Callisto). Elle a survolé Europe une dizaine de fois. En 1997, l’un de ces passages l’a même amenée à se rapprocher à près de 200 kilomètres d’altitude.

Première photo rapprochée depuis 20 ans

Le survol du 29 septembre constitue donc des retrouvailles entre la Nasa et Europe, qui ne s’étaient plus croisées depuis vingt ans — la dernière fois remonte en effet à 2000, avec une visite de Galileo à 351 kilomètres d’altitude. Deux décennies plus tard, les instruments d’observation et de mesure dans Juno vont permettre d’avoir une vue en plus nette de l’astre.

C’est la première fois que Juno passait à proximité d’Europe. En juin 2021, la sonde est déjà passée à proximité d’une autre lune jovienne, Ganymède. On regroupe sous l’appellation de système jovien la planète Jupiter et tous les corps sous son influence immédiate. En 2023 et 2024, Juno doit mettre le cap en direction d’une autre lune jovienne, Io.

WolfmanSF
Une photo retraitée d’Europe, prise à la fin des années 90 par la sonde Galileo. // WolfmanSF

La photo prise par Juno s’est déroulée dans des conditions relativement épiques, car la sonde n’avait qu’une fenêtre d’action de deux heures pour faire ses relevés. Il faut dire que le vaisseau filait alors à toute vitesse, avec une vitesse relativement de 23,6 kilomètres par… seconde. Plusieurs clichés en cours de traitement sont disponibles sur le site JunoCam.

Ce premier jet s’avère encourageant pour la suite. La Nasa souligne que la mission « a recueilli ce qui sera l’une des images de la lune à la plus haute résolution (1 km par pixel) ». Elle a aussi amassé des données scientifiques, sur la structure de l’enveloppe de glace, son intérieur, la composition de sa surface, son ionosphère et sur son interaction avec la magnétosphère de Jupiter.