Le Steam Deck est désormais disponible. La première console portable de Valve a commencé ses livraisons et des médias ont livré un verdict. Visiblement, le produit divise.

Le Steam Deck est désormais une réalité. Initialement attendue pour la fin d’année dernière, la console portable de Valve débute ses livraisons tandis que l’embargo sur les prises en main par la presse est tombé dans la soirée du vendredi 25 février. En parcourant plusieurs tests, on se rend vite compte que le produit divise. The Verge lui attribut par exemple la note de 6,5 sur 10, déplorant une partie logicielle problématique. Quand Polygon préfère retenir la première impression et en faire sa nouvelle console favorite.

« Une impressionnante console pleine de promesses », titre pour sa part JVFR (8 sur 10). Tous les journalistes s’accordent sur un point : le Steam Deck a un potentiel certain. En revanche, il ne semble pas s’agir d’une console très grand public. Elle offre plusieurs possibilités de personnalisation, mais il est parfois nécessaire de bidouiller un peu pour que tout fonctionne à peu près correctement.

STeamDeck6
Le SteamDeck sera compatible avec les différents accessoires // Source : Valve

Le Steam Deck, ou la console pleine de potentiel, mais encore perfectible

« Si l’appareil est assez massif, sa prise en main est excellente », indique JVFR, qui rassure quant aux mensurations qui laissaient craindre le pire. « Le Steam Deck me rappelle la manette Elite Xbox. C’est une mise à jour plus chère mais de meilleure qualité de ce qui est déjà disponible. Il ressemble à une Switch, mais en mieux », ajoute Polygon. En termes d’ergonomie hardware, on y est. D’autant qu’il est possible de paramétrer à l’envi pour l’adapter à un maximum de jeux. Non seulement Valve a conçu un produit de qualité, mais il est aussi très polyvalent.

Il faut néanmoins faire attention à l’autonomie, qui peut vite fondre si on pousse un peu trop les options graphiques. The Verge l’estime par exemple sous les deux heures en se montrant trop gourmand. Le média tempère quand même : « C’est un point faible, mais ce n’est pas aussi grave que prévu. J’ai pu jouer 2 heures à Control à 60 fps, avec une luminosité à 60 %, mais j’ai pu atteindre les 4 heures en jouant à 30 fps ou à des jeux moins gourmands. » On rappelle que la toute première Switch ne faisait guère mieux sur The Legend of Zelda: Breath of the Wild.

Le Steam Deck a néanmoins un gros souci avec ses ventilateurs, qui ne cessent de souffler pour refroidir la console (ils y parviennent, au prix d’un bruit très important). Un défaut également noté dans le banc d’essai de JV.

SteamDeck8
Le jeu Ni No Kuni sur Steam Deck // Source : Valve

Une partie logicielle à peaufiner

« Le Steam Deck est un chantier. Il est sorti trop vite, n’est pas fini, est bugué et instable. Si Valve vendait sa console à Best Buy ou GameStop, les gens le ramèneraient illico », déplore The Verge. La partie logicielle est encore loin du compte, ce que dit Polygon en sous-texte quand il écrit : « C’est un PC, pour le meilleur et pour le pire. » 

« Chaque jour où j’ai utilisé le Steam Deck, j’ai eu des messages d’erreur, des bugs, des plantages, des écrans noirs ou encore des soucis d’interface », témoigne le testeur de The Verge. S’agit-il de problèmes de jeunesse ? Peut-être, mais il faut s’attendre à des premières semaines douloureuses pour les propriétaires. En prime, il y a toujours l’inconnu de la bibliothèque : certains titres fonctionnent parfaitement, d’autres partiellement, voire pas du tout.

Quand la magie opère, c’est-à-dire quand tout fonctionne parfaitement, le Steam Deck est une réussite. « Pouvoir embarquer une bonne partie de son catalogue Steam partout avec soi et lancer une partie quand on veut a quelque chose de définitivement magique », conclut JV. « Même à ce stade très précoce, le Steam Deck offre déjà ce que j’attends d’une console portable moderne », se réjouit Polygon. Bref, il y a vraiment du pour et du contre.