Le créateur de Seasons after Fall a découvert que son jeu était proposé dans le Pass Culture. Il ne s'agit pas d'une erreur ou d'un problème de violation, simplement du caractère parfois très complexe de la distribution de biens culturels impliquant des droits partagés.

«  Toujours très heureux d’apprendre, par voie de presse, que ‘Seasons after Fall’ fait partie des jeux accessibles grâce au Pass Culture », déplore William David dans un tweet publié le 25 mai. Le co-fondateur du studio Swing Swing Submarine, qui a développé le jeu vidéo cité, se permet même une pointe de sarcasme : «  Je pense m’offrir un grand bol de rien avec l’argent perçu ». Selon nos informations, ni le studio ni l’éditeur — Focus Home Interactive — n’ont été mis au courant de l’intégration de Seasons after Fall dans le Pass Culture — une enveloppe de 300 euros qui, comme son nom l’indique, permet aux jeunes d’accéder à différentes offres culturelles. 

Y a-t-il un problème de violation de copyright dans cette affaire ? Pas du tout. En réalité, Seasons after Fall est disponible dans le Pass Culture via la plateforme de cloud gaming Blacknut. Cette entreprise, qui dispose des droits de distribution, soutient l’initiative du gouvernement qui n’a aucunement l’intention de voler des produits culturels pour les proposer au public visé. Pour preuve, Ubisoft, qui propose Steep dans le Pass Culture, a confirmé à Numerama qu’il avait bien donné son accord. « Nous avions bien donné notre accord », nous a également indiqué DoWiNo, qui fournit A Blind Legend. 

Seasons after Fall // Source : Focus Home Interactive

Un jeu vidéo dans le Pass Culture sans accord du créateur ? C’est possible

« Comprenez que le jeu n’a pas été volé par le Pass Culture. C’est soit l’éditeur du jeu (Focus) soit un partenaire de l’éditeur (Blacknut ?) qui a fait entrer légalement le jeu dans le Pass Culture » précise d’ailleurs William David dans un autre tweet. Joint par Numerama, l’intéressé ajoute : «  Par le jeu des contrats d’édition et de partenariats, un jeu peut se retrouver dans le Pass Culture sans que ses auteurs n’en soient avisés. » On notera que les droits de la licence Seasons after Fall sont répartis à 50/50 entre le développeur — Swing Swing Submarine — et l’éditeur — Focus Home Interactive.

Il convient de rappeler que les jeux vidéo acquis via le Pass Culture ne rapportent pas d’argent à ceux qui en sont à l’origine. « Cela apporte de la visibilité et c’est une manière de soutenir une initiative intéressante », précise DoWiNo à ce sujet. Les conditions d’éligibilité, fixées par le ministère de la culture, sont très strictes : format numérique uniquement, maison d’édition française et contenu ni violent ni à caractère pornographique (ce qui exclut des productions comme Assassin’s Creed). Elles sont assez proches de celles permettant aux créateurs de jeux vidéo de prétendre à un crédit d’impôt. 

 

Le message de William David rappelle que les créateurs peuvent vite se retrouver un peu dépassés par les accords tiers et, par ricochet, se retrouver dans des situations embarrassantes sans réel coupable à designer. «  Ce qui m’embête c’est que je n’ai pas eu mon mot à dire alors que ça touche au politique », soulève-t-il. 

Dans tous les cas, il ne pourra pas en vouloir à Blacknut, qui dispose de tous les droits nécessaires à la distribution des jeux vidéo inscrit dans son catalogue (par l’intermédiaire du Pass Culture, entre autres). La plateforme de cloud gaming nous a assuré qu’elle agit dans son bon droit et qu’elle ne fait pas n’importe quoi avec la propriété intellectuelle. Nabil Laredj, VP licensing chez Blacknut, rassure : « L’ambition de Blacknut est de pouvoir démocratiser l’accès au jeu vidéo au plus grand nombre. Nous avons en particulier à cœur de mettre en avant le savoir-faire et la qualité des créateurs de jeux vidéo indépendants et de les faire découvrir à un très large public. Nous avons donc tout naturellement noué des partenariats avec de nombreux studios et éditeurs, en France et à travers le monde, afin de pouvoir distribuer leurs jeux sur la plateforme Blacknut.  » La participation au Pass Culture apparaît dès lors comme le prolongement naturel de cette ambition.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo