Le mariage entre Electronic Arts et Star Wars, amorcé en 2013, est une affaire partie pour durer. Andrew Wilson, CEO de l'éditeur, a confié vouloir mettre les bouchées doubles à l'avenir.

En 2013, Electronic Arts et Disney signaient un partenariat autour des droits d’adaptation de la saga Star Wars en jeux vidéo. C’est peu dire que le mariage est un succès : 35 millions de ventes pour Star Wars Battlefront et Star Wars Battlefront II (malgré la polémique des microtransactions), 10 millions pour Star Wars Jedi : Fallen Order et de belles performances pour le jeu mobile Star Wars : Galaxy of Heroes. Dans un entretien publié sur GameSpot le 22 juin, le CEO Andrew Wilson se félicite de ces chiffres et évoque l’avenir.

Naturellement, Electronic Arts compte capitaliser sur ces différentes réussites, alors que d’autres projets ont été annulés. Dans les années futures, la multinationale compte mettre « les bouchées doubles » pour rentabiliser au mieux la licence Star Wars, revigorée par la troisième trilogie et les projets qui seront diffusés sur Disney+ ou au cinéma.

Star Wars Jedi : Fallen Order // Source : Electronic Arts

Electronic Arts est ravi du partenariat avec Disney

Andrew Wilson est particulièrement fier d’une chose : la variété du catalogue proposé par EA en matière d’adaptations Star Wars. « Nous avons connu des succès dans les genres FPS, RPG, action/aventure, MMORPG et mobile », explique-t-il. Et Star Wars : Squadrons, annoncé la semaine dernière, en couvrira un autre — celui des jeux de combats de vaisseaux spatiaux. Ce titre est moins ambitieux que les autres, mais il permet à Electronic Arts de lancer un nouveau jeu Star Wars en 2020, comme en 2019 (Star Wars Jedi : Fallen Order). Star Wars Battlefront II, lui, avait été commercialisé en 2017. 

« Nous avons une relation fructueuse avec Disney. Nous avons une relation fructueuse avec Lucas. Nous pouvons nous appuyer sur une relation longue, qui a débuté en 2011 avec Star Wars : The Old Republic », confie en parallèle l’intéressé. La confiance entre les deux géants du divertissement est telle que Disney accepte que les personnages et les intrigues imaginés par EA intègrent le canon officiel Star Wars. C’est par exemple le cas de Cal Kestis, héros de Star Wars Jedi : Fallen Order. En parallèle, les studios n’hésitent pas à explorer des périodes inédites, comme avec Star Wars : Squadrons (le mode histoire se déroulera après les événements du sixième film). 

À l’arrivée, nul doute qu’Electronic Arts ne manquera pas d’alimenter toujours plus son catalogue, comme Disney le fait en multipliant les séries et films. Un jeu vidéo Star Wars par an est susceptible de devenir une norme, grâce à une alternance des différentes sous-licences (Battlefront, Jedi, Squadrons…) et des studios (Respawn Entertainment, DICE, EA Motive…).

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo