Face à la haine raciale qui sévit aux États-Unis, Activision et Infinity Ward ont décidé de prendre le problème du racisme sur les serveurs de Call of Duty à bras le corps. Les mesures vont, enfin, être renforcées.

Infinity Ward et Activision ont réagi à la haine raciale qui sévit aux États-Unis. Très vite, ils ont décidé de repousser les futures saisons de Call of Duty : Modern Warfare et Call of Duty Mobile, estimant que ce n’était pas le moment opportun. Dans la foulée, les deux entreprises ont annoncé un durcissement des règles en matière de pseudonymes. Le but ? Bannir toujours plus de joueurs optant pour une identité à connotation raciste.

Aura-t-il fallu attendre 17 ans depuis le premier jeu pour que ces mesures leur viennent à l’esprit ? Difficile de ne pas penser de prime abord qu’Activision et Infinity Ward ont attendu que les États-Unis se soulèvent pour asseoir ce positionnement qui paraît des plus évidents. Dans le tweet publié le 3 juin, le studio concède volontiers qu’il est nécessaire « de faire plus ». « Les contenus racistes n’ont pas leur place dans notre jeu. C’est une lutte que nous avons démarrée dès le lancement, mais nous devons faire un meilleur boulot », assume-t-il. Les Call of Duty réunissent des millions de joueurs, ce qui nécessite une surveillance appuyée pour empêcher les dérives (à l’instar de la triche).

Le tweet d’Infinity Ward sur la lutte contre le racisme dans Call of Duty // Source : Twitter Infinity Ward

Call of Duty face au racisme

Sur ce sujet publié sur Reddit le 3 juin, on peut découvrir une capture vidéo montrant plusieurs pseudos à connotation raciste (comme l’utilisation du mot ‘nigger’). Et dans un article partagé le même jour, une journaliste de Kotaku explique être plusieurs fois tombée face à des joueurs assumant leur haine raciale dans leur identité en ligne (exemple : ‘N*gger Slayer’). Il y a donc bel et bien un problème sur les serveurs de Call of Duty et il ne devrait pas s’arranger avec les conflits qui gangrènent les États-Unis (un jeu vidéo orienté multijoueur reste une plateforme d’expression, en bien comme en mal).

Le fait que les membres de la communauté puissent choisir leur nom indépendamment de l’identifiant de la plateforme sur laquelle ils jouent est une aubaine pour les adeptes d’un comportement problématique. D’autant que certains savent très bien comment se servir des symboles pour contourner certaines restrictions.

Pour répondre à ce phénomène, Infinity Ward va durcir ses mesures afin de bannir toujours plus de joueurs désireux de faire passer un message raciste. Cela implique :

  • Ajout de ressources supplémentaires pour surveiller et identifier le contenu raciste ;
  • Ajout de systèmes de rapports supplémentaires pour augmenter le nombre d’interdictions par heure ;
  • Ajout de filtres et de restrictions sur les changements de nom ;
  • Évaluation des améliorations in-game pour faciliter le signalement des infractions ;
  • Augmentation des interdictions permanentes pour éliminer les récidivistes.

Infinity Ward et Activision ont peut-être été un peu trop attentistes avec ce souci mis en exergue par le mouvement Black Lives Matter. Ils ont par exemple été beaucoup plus prompts avec la triche. « Nous nous excusons auprès de nos joueurs. C’est notre engagement auprès de vous, nos fans », indique le studio. 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo