Parce qu'on avait beaucoup apprécié Control à sa sortie, on l'a relancé pour tester sa première extension baptisée The Foundation. Loin d'être inintéressante, elle reste quand même trop chère pour le contenu qu'elle propose.

En 2019, au moment d’élire les cinq jeux qui avaient marqué l’année, nous n’avions pas hésité une seule seconde à placer Control dans notre top. Malgré ses défauts techniques malheureux, le jeu de Remedy ne manque pas d’idées et propose quelque chose de rafraîchissant en termes de narration et d’action. Le 26 mars 2020, le jeu s’est offert une première extension, baptisée The Foundation et facturée 14,99 euros (24,99 euros si vous passez par le Season Pass). Vaut-elle le coup ? Nous nous sommes replongés dans le costume de Jesse, désormais Directrice du Bureau.

Premier point important à savoir, The Foundation a beau être une campagne additionnelle, le DLC nécessite d’avoir terminé l’aventure principale. Cette restriction est scénaristiquement logique : Jesse doit d’abord assumer son nouveau rôle de Directrice avant d’avoir à gérer des crises comme celle proposée dans The Foundation. L’héroïne devra se rendre dans l’Ancienne Maison pour réparer un monolithe étrange en accomplissant quatre rituels, sans quoi le plan astral détruira tout sur son passage.

Control – The Foundation // Source : 505 Games

Un retour plaisant mais convenu dans l’univers de Control

The Foundation repose bien évidemment sur les bases posées par Control. En premier lieu, il y a ce gameplay qui associe astucieusement des pouvoirs surnaturels et du tir classique, ce qui offre des affrontements très dynamiques. On retrouve aussi ce goût pour le cryptique, avec une histoire complexe à l’interprétation ouverte. Cette sous-intrigue permet surtout à Remedy d’approfondir l’univers de Control, en partant du principe que Jesse a désormais de nouvelles responsabilités.

The Foundation partage donc beaucoup avec Control et, d’ailleurs, il ne propose même pas un rapide tutoriel au début pour se remémorer la prise en mains. Si vous aviez joué au jeu à son lancement, il va falloir réapprendre les commandes par vos propres moyens. Il ne faut pas trop s’en inquiéter : elles se révèlent suffisamment intuitives pour que les réflexes reviennent vite. En prime, The Foundation ne repose pas sur un challenge relevé, Remedy misant plutôt sur l’exploration pour occuper le joueur pendant une grosse après-midi (hélas, la durée de vie est courte).

Control – The Foundation // Source : 505 Games

Pour parvenir à ses fins, Jesse pourra compter sur deux nouveaux pouvoirs liés et complémentaires : l’un permet de détruire des rochers, l’autre d’en constituer. Ces aptitudes inédites servent autant dans les affrontements — on utilise alors des environnements à notre avantage — que pour avancer dans des décors remplis de secrets (puisqu’ils donnent accès à d’autres zones, avec un gain en verticalité). Remedy est parvenu à les intégrer de manière pertinente, ce qui évite à ces compétences de dénoter dans l’univers de Control. En prime, leur puissance mesurée évite de transformer totalement l’expérience. Cela aurait pu constituer un piège.

À l’arrivée, on navigue constamment en terrain connu dans ce DLC au contenu un peu trop ramassé. L’exercice paraît délicat pour Remedy, qui ne peut pas dénaturer Control en allant trop loin. On a globalement apprécié The Foundation, mais on n’y investirait pas plus de 10 euros au regard de la proposition globale. On verra où les développeurs nous emmèneront avec AWE, la future extension attendue pour cet été. A priori, ils sont encore capables de nous étonner.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo