Sony est désormais 100 % ouvert au cross-play. La fonctionnalité levant les barrières est désormais accessible aux développeurs.

Les joueurs ont vaincu : Sony a décidé de se rallier intégralement à la cause du cross-play, qui permet de rassembler les propriétaires de différentes plateformes sur les mêmes serveurs. Si la firme nippone se refuse à toute communication officielle (Numerama a pu le vérifier auprès de PlayStation France), l’information émane du très sérieux The Wired, qui avait eu la primeur de la PlayStation 5. Le 1er octobre, il annonce que Sony est désormais sorti de la phase de bêta.

Cela veut dire que les développeurs sont autorisés à intégrer le cross-play à leurs jeux, un choix qui se fera à la discrétion de chacun en fonction de leur stratégie en matière de modes en ligne. Et bien que Sony se refuse à l’assumer pleinement, on sent que le constructeur a décidé de s’ouvrir avant de lancer la prochaine génération.

Call of Duty : Modern Warfare // Source : Activision

Sony s’ouvre au cross-play

C’est une excellente nouvelle pour l’avenir du jeu vidéo tant le cross-play est capable d’affranchir les barrières et tant Sony se sera longtemps montré ferme à ce sujet. Au point de provoquer une communication un tantinet moqueuse chez la concurrence partisane (Microsoft et Nintendo). On rappelle que Sony a d’abord autorisé le cross-play — avec des pincettes — dans Fortnite et Rocket League. Récemment, la bêta multijoueur de Call of Duty : Modern Warfare a rassemblé les joueurs venus de tous les horizons.

Celle décision bienvenue témoigne d’une envie de ne pas se reposer sur ses lauriers, comme le souffle Jim Ryan. Le CEO de Sony Interactive Entertainment rappelle que dominer un marché sur une génération n’est en aucun cas un acquis pour la suivante. L’histoire parle pour lui : depuis la transition PlayStation vers PlayStation 2, aucun acteur ne s’est imposé deux fois de suite. «  Historiquement, lorsqu’une marque gagne avec sa console actuelle, la prochaine n’a quasiment jamais gagné », clame-t-il, refusant alors de tomber dans la « suffisance ». N’en déplaise au message se cachant dans le slogan de la PS4, le fameux «  best place to play » doit rimer, en 2019, avec « best place to play with others ». 

Bref, Sony entend affûter ses armes pour maintenir le cap. Outre le cross-play, qui était déjà l’argument des autres, la firme nippone a décidé d’aligner le tarif du PlayStation Now sur celui de la concurrence, qu’elle soit actuelle (le Xbox Game Pass) ou à venir (Google Stadia).

Partager sur les réseaux sociaux