Sony a décidé de rendre les armes sur le cross-play, désormais autorisé sur Rocket League.

Sony a déjà pris de bonnes résolutions. Dans un article publié sur le blog officiel le 14 janvier 2019, Jeremy Dunham, vice-président chez Psyonix, a annoncé une excellente nouvelle : la prise en charge immédiate du cross-play sur la version PlayStation 4 de Rocket League

Cela signifie que les joueurs de la console de Sony vont enfin pouvoir croiser les propriétaires d’une Xbox One, d’un PC ou d’une Nintendo Switch dans des matches en ligne. Cette opportunité, la firme nippone l’a refusée pendant longtemps avant de l’autoriser dans Fortnite — puis Rocket League. Dans les deux cas, il s’agit pour le moment d’une version bêta.

Rocket League // Source : Psyonix

Sony de plus en plus ouvert

Jeremy Dunham précise que le cross-play est activé par défaut. Mais pour s’en assurer, un petit tour par le menu ne fait pas de mal (Options > Gameplay > Cross-Platform Play). Et Psyonix a déjà promis un moyen plus facile de faire équipe avec ses amis jouant sur une autre plateforme que soi dans la future mise à jour de Rocket League.

Sony a semble-t-il ravalé sa fierté au cours des derniers mois. Dans une logique commerciale, il ne voulait pas du cross-play sous prétexte qu’il n’y avait pas meilleur endroit que la PlayStation 4 pour jouer (le slogan « The best place to play »). Cette posture critiquable n’a jamais été celle de Nintendo et de Microsoft, qui se sont même permis un petit tacle bien senti avec une vidéo promotionnelle centrée sur Minecraft. En acceptant le cross-play, Sony recentre le débat sur l’essentiel, à savoir le jeu, rien que le jeu. Et c’est tant mieux.

D’ici à ce qu’il devienne un acquis pour la future génération de consoles, il faudra que le cross-play se généralise pour beaucoup plus de titres.

Partager sur les réseaux sociaux