Le studio à l'origine de Grand Theft Auto V n'a pas payé d'impôts sur les sociétés entre 2009 et 2019, selon un rapport du think tank Tax Watch. L'entreprise a même bénéficié de crédits d'impôt.

À l’origine de Grand Theft Auto V, le studio de jeux vidéo Rockstar North est largement à l’abri financièrement. Ce cinquième opus est le produit culturel le plus rentable de tous les temps grâce à ses 110 millions de copies vendues depuis son lancement en 2013. Mais un rapport du think tank Tax Watch dénonce le studio anglais pour n’avoir payé aucun impôt sur les sociétés au Royaume-Uni depuis 10 ans.

L’entreprise a externalisé ses profits offshore, vers le siège américain de son entreprise-mère Take-Two. De fait, dans les cinq ans qui ont suivi la sortie de GTA V, le studio Rockstar n’a déclaré que 47,3 millions de livre sterling de profit (un peu plus de 50 millions d’euros). Pourtant, ce jeu à lui seul a généré environ 6 milliards de dollars de bénéfices… et un bonus total de 3,4 milliards de livres sterling a été distribué aux dirigeants entre 2009 et 2019.

GTA V s’est vendu à 110 millions de copies. // Source : Rockstar

Culturellement british, GTA V, vraiment ?

Le think tank dénonce l’entreprise davantage, car non content de ne pas avoir payé d’impôt sur les sociétés, Rockstar (et son entreprise-mère Take-Two avec) ont même reçu de l’argent de la part du gouvernement. Grand Theft Auto V est considéré comme « culturellement Britannique » grâce au programme Video Games Tax Credit du British Film Institute. Cette certification permet à Rockstar North Ltd «  d’accéder à un montant substantiel de crédit d’impôt » (une réduction sous forme de remboursement).

Parmi les conditions pour recevoir cette certification : participer à la diversité culturelle. Tax Watch s’étonne qu’un jeu comme GTA puisse être considéré comme relevant d’un quelconque apport culturel : « Le jeu s’est rendu célèbre par son gameplay de totale liberté qui permet aux joueurs de voler des voitures, de tuer n’importe qui au hasard et de faire exploser des choses pour se faire une place dans le crime organisé ». Et à cela s’ajoute l’absence totale de personnages britanniques et un contexte de jeu situé aux États-Unis.

GTA ne représente pas vraiment la culture anglaise. // Source : Rockstar

En dépit des critères moyennement remplis et d’une attribution peu logique, ce serait bien un total de 42 millions de livres sterling dont aurait bénéficié l’entreprise en crédit d’impôt, de 2015 à 2017. Ce chiffre représente 19 % de tous les crédits d’impôt accordés par le gouvernement à toute l’industrie vidéoludique installée sur son sol.

Tax Watch  précise qu’il n’est pas dit que tout ceci provienne de procédés illégaux en soi, mais dénonce une « situation absurde ». Le think tank appelle le département britannique de la collecte des taxes (HMRC) à enquêter urgemment sur ce cas. C’est une nouvelle affaire qui vient potentiellement embarrasser Rockstar, après la polémique autour des conditions de travail alarmantes du développement de Red Dead Redemption II.

Partager sur les réseaux sociaux