NBCUniversal arrivera en avril 2020, soit après d'autres gros concurrents comme Disney+ et Apple TV+. Mais elle n'aura pas The Office avant janvier 2021.

Une seule série peut-elle faire tenir un catalogue tout entier ? NBCUniversal espère en tout cas attirer de nombreux abonnés à sa future plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) avec The Office, la série phare de son futur catalogue. Mais un problème de calendrier pousse à se demander si la stratégie du groupe sera payante.

Le conglomérat américain vient d’annoncer que son service de SVOD n’arrivera qu’en avril 2020, a rapporté Variety le 25 juillet 2019. C’est le CEO Steve Burke qui a confirmé cette information lors de la présentation des résultats du deuxième trimestre 2019 du groupe, au cours d’un appel avec les analystes de Wall Street.

Michael Scott dans The Office // Source : NBC/Amazon Prime Video

Cela signifie que la plateforme de NBCUniversal, qui n’a pas encore de nom officiel, arrivera bien après certains concurrents de Netflix qui ont prévu leur sortie d’ici la fin de cette année : Disney+ (novembre 2019) et Apple TV+ (« automne » 2019) en tête. HBO Max, le service issu du groupe Warner et qui aura de nombreuses séries de qualité, est quant à lui prévu pour « 2020 », sans plus de précision pour l’instant sur le mois de sortie.

Cela veut aussi dire que NBCUniversal compte se lancer aux États-Unis sans son produit d’appel phare, la série The Office, qui restera sur Netflix jusqu’au 31 décembre 2020.

Quels sont les arguments de NBCUniversal ?

Le projet de NBCUniversal ne va pas être très différent de ceux de ses concurrents  : Burke a expliqué qu’il y aurait des contenus originaux (« en lien avec des contenus qu’on a déjà » a-t-il précisé) mais aussi des productions dites « licencées », comme The Office, la série phare sur laquelle la firme mise beaucoup.

Selon certaines rumeurs — non confirmées par Netflix —, The Office équivaudrait à près de 5 % du temps de visionnage du catalogue américain de Netflix. Or NBCUniversal, qui en loue les droits à la firme de Reed Hastings, a décidé de cesser ce partenariat, et a dépensé 500 millions de dollars (100 millions sur 5 ans) pour l’avoir en exclusivité sur sa propre plateforme.

C’est l’équivalent d’un saut dans le vide pour NBCUniversal, car cela équivaut à faire une croix sur les revenus de location que Netflix lui allouait jusqu’ici, tout en n’étant pas assuré de réussir à attirer assez d’abonnés sur sa nouvelle plateforme pour rentabiliser ces coûts.

Netflix garde toutefois les droits de The Office aux US jusqu’à fin 2020 (cela ne concerne que les États-Unis pour l’instant : en France, la série est sur Amazon Prime Video), ce qui soulève des interrogations sur les arguments de lancement de NBCUniversal, qui devra faire sans sa tête d’affiche pendant au moins 8 mois.

Partager sur les réseaux sociaux