Sekiro: Shadow Die Twice a relancé le débat sur la difficulté des jeux vidéo. Mais a aussi donné naissance à des mèmes très drôles.

« J’ai battu le boss final de Sekiro en trichant et je me sens bien » : le 5 avril 2019, un journaliste de PC Gamer publie un article avec ce titre très provocateur alors qu’Internet s’embrase autour du débat sur la difficulté de l’exigeant Sekiro : Shadows Die Twice — et sur la difficulté d’une manière plus globale. L’intéressé, qui a ralenti les mouvements du dernier boss pour le battre, s’est pris le retour du bâton… Puis une série de mèmes est née sur le tweet d’un internaute mécontent de voir quelqu’un céder à la facilité.

Sekiro : Shadows Die Twice // Source : Activision

Le 6 avril 2019, Fetusberry a partagé ce message sur Twitter, en réponse à l’article : « Vous trompez non seulement le jeu, mais aussi vous-même. Vous n’avez pas grandi. Vous ne vous êtes pas amélioré. Vous avez pris un raccourci et n’avez rien gagné. Vous avez remporté une victoire vide. Zéro risque, rien n’a été obtenu. C’est triste de voir que vous ne sachiez pas faire la différence. » L’auteur, visiblement très premier degré, ignorait sans doute que sa leçon de morale allait être reprise pour alimenter des mèmes drôles. 

Le retour du bâton

Partagé en masse (plus de 5 000 retweets, près de 22 000 likes), la tirade de Fetusberry s’est répandue de manière virale sur les Internets. Et, comme souvent dans ce genre de cas, les détournements ont commencé à apparaître sur les réseaux sociaux. Ils prennent majoritairement la forme d’une courte vidéo montrant un moment de triche, agrémenté par les paroles du donneur de leçons.

La preuve ici avec Super Mario 64 :

Ou Zelda :

Plus drôle encore, Sega s’est approprié le mème pour l’appliquer à sa licence phare Sonic :

Le journaliste de PC Gamer, qui ne s’attendait pas à déchaîner une telle haine à son encontre et a décidé de ne plus tweeter sur le sujet. À l’origine, il voulait simplement en appuyer la difficulté, parfois aberrante, sinon décourageante, de Sekiro : Shadows Die Twice. De son côté, Fetusberry voit davantage les mèmes comme une marque de soutien, « L’affaire ‘You cheated’ représente ce que je ressens, assorti d’un peu de drama. Je voulais le bras de fer et j’ai eu ce que je voulais. Au début, ok c’est vrai, j’étais intense. Mais je suis passé outre, désormais et j’apprécie les mèmes. » 

Voici d’autres mèmes tirés de cette affaire :

À lire sur Numerama : Sekiro  : Shadows Die Twice est-il vraiment trop dur  ?

Partager sur les réseaux sociaux