Brooklyn Nine-Nine vient d'être annulée par la chaîne américaine Fox, malgré sa solide communauté de fans et une place à part dans le paysage des séries comiques. Si la série peut encore être sauvée par d'autres diffuseurs, cet arrêt confirme une tendance inquiétante sur le paysage actuel des comédies.

Mise à jour 14 avril 2018 : Brooklyn Nine-Nine a été récupérée par NBC, un autre network américain.

En l’espace de quelques heures, deux nouvelles ont fait l’effet d’une bombe dans le monde des séries comiques. D’un côté, une réjouissance : la production animée à succès Rick and Morty aura 70 nouveaux épisodes. De l’autre, une grosse déception : la comédie Brooklyn Nine-Nine a été annulée après cinq saisons.

Adieu, péripéties déjantées du lieutenant Jake Peralta (Andy Samberg) et ses collègues tout aussi fous que lui : la série de Fox, une des chaînes américaines gratuites, devrait s’arrêter cette année, a annoncé la production le 10 mai 2018. Évidemment, des plateformes comme Netflix et Hulu l’ont déjà dans le viseur, étant capables d’en racheter les droits de diffusion et financer de nouveaux épisodes pour faire plaisir aux fans, comme Netflix l’a déjà fait avec la culte Arrested Development.

Brooklyn Nine Nine. FOX.

Mais avec l’arrêt d’autres comédies importantes cette année, Veep, New Girl, Broad City ou Last Man On Earth, l’annulation de Brooklyn Nine-Nine est la goutte d’eau qui fait déborder le torrent d’inquiétudes qui plane sur le paysage des séries comiques actuel.

Quel avenir pour les séries purement comiques ?

Au départ, il y avait les comédies. Puis sont arrivées les dramédies. Avant que l’on ne commence à parler de tragimédies. Cette nouvelle vague de productions, dont on peut citer en vrac Nurse Jackie, Louie, The Big C, Crazy ex-Girlfriend, Search Party, You’re The Worst, BoJack Horseman, Mozart in the Jungle, Crashing, Master of None ou Transparent, a indéniablement apporté un vent de fraîcheur salutaire dans le monde des séries. Chez elles, le rire n’est pas une fin, mais un moyen pour montrer les failles. On sourit et on pleure, parfois à la suite, parfois en même temps.

Ce nouveau genre a également bousculé les formats et a montré combien les catégories que l’on connaît aujourd’hui sont dépassées. Il n’y a qu’à voir comment Orange is the new black a été classée, une année sur l’autre, dans la catégorie comédie des Emmy Awards, puis dans les drames.

Liste des prix reçus par Orange is the new black. Wikipedia

Mais avec l’avènement de ces séries aux tons différents, les comédies « pures » ont été mises en concurrence frontale avec toute une nouvelle gamme de productions inventives et plébiscitées par la critique. Au point où l’on a commencé à se demander si les séries 100 % comiques n’allaient pas se raréfier, notamment après la fin de Parks and Recreation en 2015.

À l’époque, Brooklyn Nine-Nine nous avait rassurés. Créée par Mike Schur (le papa de Parks and Rec), elle s’est tout de suite distinguée des séries alternatives avec ses codes de série de network très classique — multi-caméra, lumineuse, format classique de 22 minutes. Enjouée, maligne et inventive, elle était parvenue à concurrencer immédiatement les dramédies à la mode, empochant même le Golden Globe de la meilleure série comique en 2014 alors qu’elle n’en était qu’à sa première saison.

2018, année noire pour les séries comiques

Quatre ans plus tard, les séries comiques semblent cette fois vraiment en danger. Évidemment, les Simpson sont toujours là, Arrested Development revient, Bob’s Burgers continue de nous faire rire de bon cœur… Mais une grande partie des « pures » comédies de grande qualité vont disparaître en 2018.

Veep. HBO.

Commençons par Veep, le mockumentaire acerbe de HBO avec Julia Louis-Dreyfus, qui se paie le luxe d’emporter chaque année l’Emmy de la meilleure série comique depuis 2015, et qui prendra fin cette année après 7 saisons. Ou Broad City, incroyable production sous acides d’Abbi Jacobson et Ilana Glaza, que la chaîne Comedy Central a décidé de ne pas renouveler après le cinquième volet. Jadis au sommet de la hype, ces séries n’ont pourtant jamais fait d’immenses audiences. Leur annulation sonne plus comme la fin d’une ère que comme une punition due au manque de spectateurs.

Alors que New Girl tirera sa révérence cette semaine après sept saisons sur FOX, Brooklyn Nine-Nine semblait être un des derniers refuges pour les amateurs de comédie brute, parfois un peu niaise, assez déjantée mais confortable, un doudou comme on en fait de moins en moins. D’autant que Fox a aussi annulé, dans la foulée ce 10 mai 2018, The Last Man On Earth, une production comique audacieuse qui avait réussi à montrer en quatre saisons des personnages différents, touchants et agaçants, qui faisaient tout le sel de cette comédie.

La relève n’est pas au rendez-vous

Alors, maintenant, on regarde quoi ? Les indéboulonnables Modern Family et The big bang theory (TBBT), deux mastodontes au format différent (un mockumentaire et une sitcom) continuent de faire des audiences surréalistes, inversement proportionnelles à leur qualité. Silicon Valley, pastiche réussi du monde de la tech, commence à s’embourber dans une mécanique facile et redondante, qui peine encore à nous faire sourire pour sa cinquième saison.

Le postulat ne serait pas aussi inquiétant si la relève était au rendez-vous. Or, à l’heure des Smilf et des Barry, des Friends from College et The End of the f***ing world, la tendance 2017-2018 semble peu encline à sortir des sentiers battus (et rebattus) par la dramédie. Raison de plus pour ouvrir l’œil, à la recherche de la digne descendante de Brooklyn Nine-Nine.

Partager sur les réseaux sociaux