Dans l’épisode Wild Blue Yonder de Doctor Who, le Special 2 des 60 ans de la série, deux événements sont mentionnés : le Timeless Child (enfant éternel) et le Flux. Le premier a modifié les origines canons du Docteur, le second a un impact sur sa psychologie actuelle. Tout est survenu durant les saisons 12 et 13. Voici une petite séance de rattrapage si vous les avez ratées.

La semaine prochaine, Neil Patrick Harris fera son entrée dans l’univers de Doctor Who en interprétant le Toymaker dans The Giggle. Jusqu’ici, nous avons déjà eu droit à deux épisodes anniversaire. Dans le dernier en date, Wild Blue Yonder, il ne vous aura pas échappé que certains sujets semblent avoir un effet particulier sur le Docteur. En particulier lorsque la « fausse » Donna lui affirme qu’il ne vient pas de Gallifrey.

Si vous aviez arrêté Doctor Who pendant plusieurs saisons, ou que vous découvrez la série, voici pourquoi le Docteur semble si affecté par la question de ses origines et par un mystérieux événement appelé le Flux.

Qu’est-ce que le Timeless Child ?

Le premier dialogue en question se tient alors qu’on ne sait pas qui est vraiment le Docteur et Donna. Ils viennent d’être copiés par des doppelgängers, qui ont volé leur apparence et leurs souvenirs. Les personnages s’interrogent mutuellement pour discerner leur véritable identité.

Le (vrai) Docteur déclare qu’il vient de la planète Gallifrey — la planète des Seigneurs du Temps, l’espèce dont il fait partie. Mais la fausse Donna répond que, non, il ne vient pas de Gallifrey. Le Docteur se renfrogne alors, car il sait qu’elle a raison, puisqu’elle a les bons souvenirs : « Tu dis ça pour me faire craquer », dit-il, visiblement affecté.

Pendant plusieurs décennies, il était admis que le Docteur était issu de Gallifrey. Mais en 2020, tout a basculé. La saison 12, avec Jodie Whittaker dans le rôle du Docteur, introduit le Timeless Child, ou enfant éternel. Durant cet arc narratif, on découvre l’histoire d’un enfant issu d’un mystérieux trou de ver. Tecteun, l’une des premières habitantes de Gallifrey, a découvert cet enfant sur une planète de la région. Mais quand l’enfant subit un grave accident, Tecteun le voit alors se régénérer. Tecteun devient sa mère adoptive, et cette capacité à se régénérer naturellement est alors exploitée, transformée, par le peuple de Gallifrey — ils deviennent les Seigneurs du Temps via ce procédé.

Le « Timeless Child » apparaît vaguement dans un souvenir. // Source : BBC
Le « Timeless Child » quand il apparaissait dans un souvenir lointain. La plus ancienne version connue du Docteur, juste après qu’il soit passé par le portail. // Source : BBC

Le Docteur est cet enfant. Il est le Timeless Child. De fait, les origines du Docteur sont devenues encore plus floues qu’auparavant. S’il est certes un Seigneur du Temps, il n’en demeure pas moins un être différent, indéfini, par rapport à ses propres congénères, en plus d’être à l’origine du pouvoir de régénération acquis par la population de Gallifrey.

Ce n’est pas tout : pour que le secret soit bien gardé, une organisation secrète, la Division, qui supervisait les recherches sur la régénération, a décidé d’effacer la mémoire du Docteur. Il existe donc d’autres incarnations du Docteur avant le Premier Docteur (joué par William Hartnell, en 1963). Durant la saison 12, on rencontre d’ailleurs l’une de ces incarnations « hors continuité » : The Fugitive Doctor, interprétée par Jo Martin.

Jo Martin incarne une version inconnue du Docteur. // Source : BBC
Jo Martin incarne The Fugitive Doctor, une version précédente du Docteur, avant la continuité connue. Ici à droite du 13e Docteur. // Source : BBC

What’s the Flux ?

Quand le Flux est mentionné dans Wild Blue Yonder, la réaction du 14e Docteur est épidermique : on le voit pris de détresse, voire de colère. Il y a notamment ce dialogue :

Donna : « Je l’ai vu, dans ma tête… le Flux... »
Docteur : « Il a détruit la moitié de l’Univers à cause de moi. Nous sommes ici au bord de la création, une création que j’ai dévastée. Alors oui, je continue à fuir. »

Le Flux est une masse d’anti-matière destructrice. On peut la décrire comme une sorte de tempête, à l’échelle cosmique, qui engloutit et annihile tout sur son passage. Durant la saison 13, qui est entièrement consacrée à ce phénomène, on apprend que la fameuse Division est à l’origine du Flux. Ses membres l’ont créé pour fuir vers un second Univers, et pour détruire leur Univers d’origine, notamment afin d’arrêter le Docteur, qu’il/elle ne les poursuive jamais.

À la fin de la saison 13, le Docteur parvient à stopper les agissements macabres de la Division et à sauver l’Univers. Enfin, en partie : le Flux a malgré tout eu le temps d’annihiler des régions entières du cosmos. Des galaxies détruites, effacées. Le Docteur considère que le Flux est en grande partie sa faute, et porte cette culpabilité.

Le 13e Docteur durant l'arc narratif du Flux. // Source : BBC
Le 13e Docteur durant l’arc narratif du Flux. // Source : BBC

Les effets exacts du Flux restent toutefois assez vagues. La fin de cet arc narratif est resté en partie en suspens. Le Docteur était persuadé de pouvoir en inverser les effets. Mais l’épisode Wild Blue Yonder résout le mystère : le Docteur n’a pas pu, à ce jour, inverser les conséquences dévastatrices du Flux. Ces scènes montrent aussi combien le 14e Docteur est affecté par ce qui est arrivé au 13e Docteur.

Source : Montage Numerama

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !