Développé par Embers, Strayed Lights s’attache à prouver qu’on peut être un héritier chill des Dark Souls. De l’exigence, mais pas trop non plus.

« La meilleure défense, c’est l’attaque », renvoie à une tactique que l’on entend souvent dans le monde du sport. Au basket, où l’objectif est de mettre plus de paniers que l’adversaire, elle prend tout son sens. Mais les experts vous diront que seule la défense permet de gagner un titre — ce qui vaut aussi pour le football. Dans le jeu vidéo Strayed Lights, on trouve la philosophie opposée : la meilleure attaque, ce serait plutôt la défense.

Strayed Lights est un jeu vidéo étrange. Étrange par sa proposition, étrange par sa direction artistique, étrange par sa narration. N’attendez pas de lui des explications claires sur ce qu’il faut faire. À la manière d’un Journey, il mise d’abord sur la contemplation et votre curiosité pour vous pousser à avancer, alors qu’on démarre dans la peau d’une lueur à peine née. Il s’inspire par ailleurs des Dark Souls pour proposer des combats exigeants, entre deux phases de relaxation. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le mariage assez improbable fonctionne.

Strayed Lights // Source : Capture PS5
Regardez comme c’est beau // Source : Capture PS5

Strayed Lights, ou le Dark Souls reposant

Les premières minutes dans Strayed Lights sont assez déroutantes. On contrôle un petit personnage qui a du mal à se mouvoir, dans des environnements à la fois jolis et peu accueillants. On avance. On grandit à la vitesse de l’éclair, aussi. Jusqu’à se retrouver face à un ennemi dont la présence masque un tutoriel pour apprendre les rudiments des combats à venir. Contrairement à nombre de jeux où l’action est particulièrement présente, Strayed Lights n’enseigne pas l’art de l’attaque, mais celui de la défense.

Strayed Lights // Source : Capture PS5
Un boss à calmer // Source : Capture PS5

Dans des affrontements classiques, le b.a.-ba s’articule autour des attaques qu’on peut asséner, généralement résumées en des coups faibles (mais rapides) et puissants (mais lents). Ce n’est pas le cas dans Strayed Lights, qui préfère s’en remettre à la défense, et surtout dans la parade. Avec une petite subtilité tout de même : le héros est capable de changer de couleur à l’envi — bleu ou orange — pour correspondre aux attaques ennemies. En parant, on absorbe de l’énergie jusqu’à atteindre la limite d’une jauge et être en mesure de déclencher une super-attaque dévastatrice. Au moment opportun, la mise en scène devient plus spectaculaire. C’est d’ailleurs surprenant, au regard de l’orientation très calme et intime du jeu.

Un bébé Un héros

Ce gameplay pourrait s’avérer très punitif, surtout pour celles et ceux qui préfèrent une approche offensive (il y a quand même une attaque classique, à l’efficacité moindre). Mais Strayed Lights est plus malin qu’on ne le croit. Si on pare avec la bonne couleur, on regagnera de la santé. Si on ne pare pas de la bonne couleur, ce n’est pas grave, les dégâts seront malgré tout annulés. Par conséquent, on n’est jamais pénalisé en cas de mauvais timing sur le changement de couleur. Une qualité qui permet de palier la puissance des adversaires, notamment celle des boss. En outre, les combats se permettent quelques variations sur la deuxième moitié de l’aventure (comptez entre 3 et 5 heures pour voir le bout). Grâce à elle, le gameplay, basé sur une approche pacifique, évite de faire trop de surplace.

Strayed Lights // Source : Capture PS5
Qui n’a pas envie de se rouler dans l’herbe ? // Source : Capture PS5

Au-delà de ses bonnes idées de gameplay, Strayed Lights accroche par son atmosphère irrémédiablement onirique. Si on peut se sentir perdu dans un récit cryptique qui parle d’une ascension, on a vraiment envie de parcourir ces décors nimbés dans une direction artistique magnifique — en quête de bouboules à ramasser. C’est simple, on tombe parfois en extase tellement c’est beau. Il y a une vraie poésie qui se dégage de Strayed Lights. Elle est appuyée par une bande son d’une délicatesse enivrante, signée Austin Wintory (dont le talent de composition a déjà sublimé Journey). À l’arrivée, il est difficile de ne pas succomber au charme de cette production atypique, qui sait noyer son challenge dans un nuage de coton. Dommage que ce shoot de bonheur soit trop court, la faute à des ambitions qui touchent vite leurs limites.

Le verdict

Strayed Lights est un petit nuage de coton qui recèle un gameplay malin, inspiré de l’exigence des Dark Souls. Sauf que l’aventure préfère le calme reposant au défi éreintant. Entre deux combats qui récompensent la science du timing et sa capacité à se défendre par une approche plus pacifique, on prend beaucoup de plaisir à se perdre dans des décors tous plus beaux les uns que les autres.

Il est simplement dommage que l’aventure soit si courte. En moins de cinq heures, on a fait le tour de Strayed Lights et on n’y trouvera aucune motivation pour y revenir. C’est une belle parenthèse enchantée, doublée d’une proposition intéressante. Ce qui n’est déjà pas si mal.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.