Dix-huit ans après sa sortie, Half-life 2 continue de fasciner. Un secret, macabre, vient d’être découvert. Âmes sensibles, s’abstenir.

Si vous avez joué à Half-Life 2, vous avez sans doute croisé des cadavres de personnes brûlées, disséminés un peu partout dans le jeu. Pour beaucoup, ils sont effrayants. Figurez-vous qu’ils cachent un secret bien plus macabre encore : leur tête proviendrait d’un vrai défunt, rapporte The Gamer dans un article publié le 21 décembre.

Selon la découverte de fans, documentée sur Reddit, le modèle Corpse01.mdl développé par Valve utiliserait une photo en provenance d’un livre médical. Le vidéaste Richter Overtime (137 000 abonnés) a parfaitement résumé l’affaire dans une vidéo publiée le 19 décembre. Numerama a pu voir la photo en question (on ne la partagera pas, évidemment) et la comparer au personnage vu dans Half-Life 2. À un détail près, la ressemblance est édifiante.

Le modèle Corpse01.mdl dans Half-Life 2 // Source : Capture d'écran/floutage Numerama
Le modèle Corpse01.mdl dans Half-Life 2 // Source : Capture d’écran/floutage Numerama

Un secret macabre découvert dans Half-Life 2

En mettant les photos côte à côte, on se rend compte que les développeurs ont procédé à une seule modification : l’œil restant du cadavre a été retiré. Pour le reste, on retrouve les mêmes éléments au niveau de la dentition ou encore des traces de brûlure sur le visage. Les cheveux ont été retirés. La victime serait un membre de la mafia à qui on aurait brûlé le visage. En sachant cette histoire, on a encore moins envie de croiser Corpse01.mdl dans Half-Life 2 (d’ailleurs, certains veulent déjà le faire disparaître avec des mods).

Pourquoi Valve se serait-il permis d’utiliser une vraie photo pour modéliser un cadavre virtuel ? Par souci de réalisme, sans aucun doute — sachant qu’à l’époque, les techniques de développement étaient moins évoluées qu’aujourd’hui. En 2022, un titre comme The Callisto Protocol prouve qu’on peut aller très loin dans la reproduction du gore et de l’horreur — sans besoin de passer par des éléments tirés de la vie réelle.

Dans sa vidéo, Richter Overtime partage d’ailleurs une anecdote qui appuie la découverte. Artiste ayant travaillé sur Left 4 Dead 2 (un autre jeu développé par Valve), Bronwen Grimes explique que son équipe avait un dossier rempli de photos de gens défigurés à cause d’une maladie ou d’un accident. Elles devaient être utilisées pour les zombies du jeu. Finalement, elles étaient trop insoutenables à regarder, et Valve a opté pour une approche plus saine : utiliser des photos de matériaux isolants et de pommes de terre pour modéliser les infectés. 

Ce secret macabre de Half-Life 2 rappelle à quel point la course au réalisme peut poser problème quand elle est liée à la violence graphique ou à une vision de l’horreur. C’est vrai pour les joueuses et les joueurs, qui n’ont pas forcément envie d’être choqués. Cela l’est aussi pour les développeurs, qui doivent trouver des astuces pour obtenir un rendu crédible, tout en préservant leur santé mentale. À ce titre, un article de Kotaku publié en mai 2019 rapporte qu’un développeur de Mortal Kombat 11 a dû faire face à un syndrome de stress post-traumatique à cause de la violence extrême du jeu de combat.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.