Si les NFT ont permis de renouveler la définition de propriété sur Internet, les jetons non fongibles peuvent également être utilisés pour s'approprier le travail d'autres personnes.

Depuis le début de l’année, les NFT sont partout. Ces non fongible tokens (jetons non échangeables) ont révolutionné le marché de l’art sur Internet, et leur technologie a déjà très fortement impacté le principe de propriété sur Internet. Mais, comme avec toute technologie nouvelle, les abus et les dérives ne sont jamais loin. Et c’est exactement ce qu’il vient de se passer : les NFT ont été utilisés pour commettre le premier « vol » d’œuvre d’art virtuelle.

Comment peut-on voler une œuvre virtuelle ?

C’est l’artiste russe Weird Undead qui a révélé le vol d’un de ses dessins. «  J’ai essayé d’ignorer toute l’hystérie autour des NFT mais what the fuck ? Je n’ai jamais donné mon autorisation (et surtout pas à un inconnu) pour faire des NFT à partir de mes dessins, je suis furieuse », raconte-t-elle dans un tweet du 9 mars 2021.

Concrètement, un inconnu semble avoir utilisé la technologie des NFT afin de revendiquer la propriété des œuvres de Weird Undead, sans lui en demander la permission.

Concrètement, l’utilisateur qui a volé les dessins de Weird Undead a fait appel au compte Tokenized Tweets, un service en accès libre et gratuit sur Twitter.  Le compte permet de tokeniser, soit de revendiquer la propriété, de n’importe quel tweet publié sur la plateforme. Il suffit pour cela de mentionner le compte Tokenized Tweets dans un commentaire sous la publication que vous souhaitez tokeniser, et le compte enregistrera de manière automatique ce tweet comme le vôtre.

Pas de vérification sur Tokenized Tweets

Alors que d’autres sites qui permettent de créer des NFT font une vérification de l’identité et du portfolio des personnes souhaitant tokeniser des œuvres, cela n’est pas le cas ici. Vous pouvez mentionner Tokenized Tweets sous n’importe quel tweet, même ceux qui ne sont pas les vôtres, et même ceux qui contiennent des dessins ou des photographies. Et c’est exactement ce que l’utilisateur de Twitter a fait pour « s’approprier » les dessins de Weird Undead.

Potentiellement, avec ce genre de mécanisme, tout et n’importe quel tweet pourrait être « volé ». Il semblerait de plus que certains utilisateurs de la plateforme, comme celui qui a tokenisé le travail de Weird Undead, « acquièrent » de très nombreux tweets, sans en demander la permission auparavant. D’autres exemples de vols de ce genre se trouvent facilement sur Twitter. On peut voir dans un autre tweet un utilisateur, Ryan Hipp, se plaindre du fait que les NFT aient été utilisés pour voler son travail. « Mec, est-ce que tu essaies de voler mon travail à travers un tweet ? Est-ce que tu peux m’expliquer le contexte ? Cela me parait vraiment déplacé de faire ça sans demander la permission », peut-on lire sur le tweet.

Comment peut-on éviter cela ?

Pour éviter de vous faire voler vos tweets, ou les photos et images que vous avez publiés sur la plateforme, il y a plusieurs solutions.

Le compte Tokenized Tweets a mis en place un système permettant de contester la tokenisation de l’un de vos tweets. Sur leur site, tout en bas, vous pouvez faire une demande de retrait en cliquant sur le bouton « takedown request ». La demande de retrait est cependant longue et compliquée : outre de nombreux formulaires à  remplir, le site averti à de nombreuses reprises qu’une déclaration de mauvaise fois pourrait entrainer des poursuites judiciaires. La même précaution n’est pas prise lors de la demande de tokenisation : le site incite ses utilisateurs à « se dépêcher de tokeniser leur tweet préféré avant que quelqu’un d’autre ne le fasse ».

Le site de Tokenized Tweets // Source : Tokenized Tweets

Comment faire pour protéger ses tweets de manière préventive ? Rien ne le précise sur le site de Tokenized Tweets. Ce sont des utilisateurs de Twitter qui, inquiets, ont dû demander des explications aux équipes du compte. «  Si vous bloquez notre compte Twitter, vos futurs tweets ne seront pas archivés comme l’API ne sera pas capable de les voir », peut-on lire dans un tweet de l’acteur William Shatner, qui a obtenu une réponse  de leur part.

Des méthodes précaires

Cela reste cependant une solution précaire pour les artistes de Twitter. Tout d’abord, car cette méthode ne protégerait que les nouveaux tweets, et qu’elle demande également que tout le monde soit au courant de l’existence de Tokenized Tweets au préalable. « Tous les créateurs de Twitter devraient les bloquer. Je pense toujours que Twitter devrait les bannir », continue William Shatner.

En attendant une réponse plus permanente de la part du réseau social, une dernière solution pour éviter que vos tweets soient tokenisés par des inconnus serait de bloquer les commentaires sous vos tweets, afin que personne ne puisse mentionner Tokenized Tweets. Mais rien n’empêcherait de potentiels voleurs de faire une capture d’écran de vos tweets, de les tweeter à leur tour et de les faire tokeniser par la suite.

Une solution encore plus drastique pour les artistes serait de faire passer leurs comptes en privé, quitte à se priver de la publicité qu’ils font sur le site. En dernière option, il faudrait tokeniser en premier les œuvres qu’ils publient, ce qui impliquerait un travail supplémentaire.

Le fait qu’aucune solution stable ne permette de protéger de manière préventive les créations des artistes et en soi assez perturbant. Cela montre aussi à quel point les utilisateurs d’Internet restent globalement peu protégés, et peu informés de ce qu’il pourrait risquer à partager leurs créations en ligne.

Tokenized Tweets sont-ils les seuls à faire ça ?  Pour l’instant, il semblerait que oui, mais rien n’empêcherait que de nouveaux comptes de ce genre se créent sur les réseaux sociaux. En tout cas, si vous êtes un créateur sur Internet, il vaut mieux continuer à vous méfier, et ne pas hésiter à bloquer leur compte. Dans le cas de l’artiste Weird Undead, on ne sait pas encore si ça demande de retrait a été acceptée. Les équipes de Tokenized Tweets n’ont pas répondu à nos questions, et pour l’instant, elles continuent de créer des NFT. Au moment où nous écrivons ces lignes, plus de 150 000 tweets ont déjà été tokenisés par leur soin.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo