Après UPS et Wing, c'est au tour d'Amazon de décrocher l'autorisation de la direction de l'aviation civile américaine pour opérer des drones de livraison aux USA.

Cela faisait des années qu’Amazon attendait cet instant. C’est le 31 août 2020 que la bonne nouvelle est finalement arrivée : le géant du commerce électronique peut désormais déployer un service commercial de livraison par drone aux États-Unis. La direction de l’aviation civile américaine (FAA) lui a accordé une autorisation à cette fin, rapporte la chaîne de télévision CNBC.

Déjà en 2014, Amazon s’était rapproché de la FAA pour discuter de la possibilité de mener des tests autour de Prime Air, son service de livraison par drone, qui avait présenté quelques mois plus tôt, en décembre 2013. Le concept ? Livrer des colis de quelques kilos à des particuliers en moins de 30 minutes, dans les centres urbains et en périphérie des grandes villes.

Mais le régulateur aérien avait toutefois douché les espoirs d’une mise en place rapide de tests aux USA et, donc, de l’ouverture des premières lignes aériennes de livraison par drone. Du fait d’une réglementation à l’époque défavorable à ce genre d’activité, c’est du côté de l’Inde et du Royaume-Uni que l’entreprise s’est tournée pour débuter ses essais en conditions réelles, en attendant une éclaircie américaine.

Amazon Prime Air drone
Le nouveau drone de livraison d’Amazon. // Source : Jordan Stead

« Cette certification est une étape importante pour Prime Air et indique la confiance de la FAA dans les procédures d’exploitation et de sécurité d’Amazon pour un service autonome de livraison de drones qui permettra un jour de livrer des colis à nos clients dans le monde entier », réagit David Carbon, vice-président d’Amazon supervisant Prime Air, dans une déclaration adressée à la presse.

En matière de drone de livraison, Amazon a présenté début juin 2019 un nouveau modèle d’engin hybride. Ses performances indiquent une capacité d’emport d’une charge utile d’un peu plus de 2 kg sur une distance d’environ 24 km en 30 minutes. L’appareil décolle et atterrit horizontalement et dispose de six rotors. Enfin, il s’appuie sur des dispositifs anti-collisions pour éviter d’éventuels obstacles.

Révision de la réglementation aux USA

Selon la FAA, Amazon est la troisième société à recevoir un feu vert dans le champ de la livraison des drones.

Les deux autres sont Wing, la filiale d’Alphabet spécialisée justement dans ce segment, et UPS, une entreprise postale américaine. Toutes les deux se sont distinguées au fil des ans par des tâtonnements, à l’image de ces camions servant de plateformes de décollage, de travaux sur un aiguillage automatique pour éviter les accrochages en plein ciel, ou bien de l’idée de larguer des paquets freinés par des parachutes.

Si Amazon a manifesté sa satisfaction après l’approbation donnée par la FAA, il n’a pas précisé dans l’immédiat comment il allait la traduire concrètement. On ne sait pas encore à quelle date une éventuelle ligne de livraison commerciale ouvrira ni à quel endroit du pays. Comme le pointe Bloomberg, Amazon opère des essais dans la région de Vancouver, aux USA, et dans le nord-ouest du pays.

Amazon comme Wing et UPS sont dans l’attente d’une évolution du cadre réglementaire aux USA. Cela ne saurait tarder :la presse américaine rapporte ainsi que la FAA finalisera d’ici la fin de l’année de nouvelles règles, dont la question sensible du survol du public en ville, qui doit inévitablement être adressée pour pouvoir donner corps à n’importe quel projet de livraison par drone.

Partager sur les réseaux sociaux