Amazon dévoile un nouveau drone de livraison pour son service Prime Air.

Qu’il semble loin le temps où Amazon dévoilait pour la première fois Prime Air, son service de livraison par drone. Nous étions alors en 2013 et l’entreprise américaine misait sur un déploiement dans les grandes villes d’ici quatre à cinq ans. Force est de constater que, six ans plus tard, nous en sommes loin. Certes, des démonstrations de livraison ont eu lieu, mais on est loin du raz-de-marée.

Cela étant, Amazon ne baisse pas les bras. Après avoir dévoilé son service en 2013, le géant du commerce en ligne a levé le voile sur une nouvelle génération de drone en 2017. Il y a toutefois assez peu de chance de le voir en opération, car l’entreprise américaine a saisi l’occasion de la conférence re:MARS (Machine Learning, Automation, Robotics and Space) à Las Vegas pour présenter un tout nouveau modèle.

Une conception hybride

La particularité de ce drone est la manière dont il se déplace. « Il peut effectuer des décollages et des atterrissages verticaux – comme un hélicoptère. Et c’est efficace et aérodynamique – comme un avion  », fait remarquer Amazon. En fait, ses six rotors pivotent ensemble au moment du décollage ou de l’atterrissage. En ce sens, il ressemble dans son principe au Boeing-Bell V-22 Osprey.

Son design aussi est quelque peu atypique. Les extrémités de chaque support à rotor (il y en a six en tout) sont reliées entre elles par une sorte de bande en plastique. Son rôle est peut-être pour assurer un minimum de portance à l’engin, à la manière d’une aile d’avion, dans la mesure où les rotors sont réorientés pendant le vol. Peut-être sert-elle aussi à protéger aussi un peu les pales des rotors, si l’on tient compte du fait que ceux-ci se trouvent au même niveau que cette pièce.

Détecter et éviter les obstacles

Concernant le risque de collision justement, Amazon explique se servir de « divers capteurs et algorithmes avancés pour détecter les objets statiques comme une cheminée. Pour détecter les objets en mouvement, comme un parapente ou un hélicoptère, nous utilisons des algorithmes propriétaires de vision par ordinateur et d’apprentissage automatique ». Le drone est alors censé changer de route.

electrique-electricite-courant
Les lignes électriques peuvent être un problème pour les drones. // Source : George Becker

Ces dispositifs servent aussi lors des phases d’atterrissage, afin de déterminer une zone dégagée et s’assurer qu’il n’y a pas d’animaux ou d’humains. Mais le plus difficile, dit Amazon, reste la détection de cordes à linge, de fils électriques et tout autre élément très fin, qui sont difficiles à distinguer du reste du décor. Amazon assure avoir mis au point des algorithmes spécifiques pour gérer ces obstacles.

En termes de performance, il est capable de transporter un colis d’un peu plus de 2 kg sur une distance d’environ 24 km en 30 minutes. Amazon ne précise en revanche la vitesse à laquelle il se déplace (on suppose qu’il a une vitesse moyenne de 48 km/h), ni à quelle altitude il évolue. La vitesse de pointe et son plafond opérationnel ne sont pas donnés non plus.

Entièrement électrique, ce nouveau modèle drone doit entrer en fonction d’ici les semaines et les mois à venir.

Partager sur les réseaux sociaux