Un internaute, membre du forum « 18-25 » du site jeuxvideo.com, a été condamné en appel, après une première condamnation en 2018. Il était poursuivi pour des menaces et du harcèlement à l'encontre de la journaliste Nadia Daam.

L’un des internautes qui avaient harcelé et menacé la journaliste Nadia Daam espérait sans doute une autre issue, en faisant appel de sa première condamnation prononcée en 2018. Il n’en a rien été. Le 3 mars 2020, la cour d’appel a maintenu les sanctions prises en première instance, rapporte l’intéressée sur Twitter, ajoutant néanmoins 1 000 euros au titre des frais de procédure.

Les autres décisions (six mois de prison avec sursis et 2 000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral) ont été maintenues, fait-elle savoir. Le prévenu, qui se faisait notamment appeler Quatrecenttrois sur le forum « 18-25 » du site jeuxvideo.com (mais aussi Spermsurclavier ou Salairedeprolo, deux autres de ses alias), s’en tire presque à bon compte, car il aurait pu voir sa peine alourdie.

Nadia Daam
Nadia Daam, lors d’une de ses chroniques à la radio. // Source : Europe 1

Comme le notait l’avocat de Nadia Daam en début d’année, Éric Morain, le ministère public demandait une peine plus lourde, avec une véritable peine de prison (six mois ferme) et 5 000 euros d’amende. Parmi les messages que l’individu avait publié figurait une allusion au viol, ce qui avait interloqué la magistrate : « En quoi est-ce ‘trollesque’ de menacer une femme de viol ? ».

En première instance, Quatrecenttrois avait fait œuvre de contrition, affirmant « ne pas être Guillaume Apollinaire » pour expliquer la pauvreté de ses écrits, qu’il ne voulait pas menacer Nadia Daam, qu’il ne se rendait pas compte du harcèlement et qu’il regrettait d’avoir causé du tort à la journaliste. « Je fais moins le malin au tribunal » avait-il convenu. Réplique de la juge : « C’est sûr que c’est plus simple derrière son écran. »

Autre procès à venir

Ce chapitre judiciaire refermé, Nadia Daam et son avocat vont désormais traiter le suivant : il s’agit d’un étudiant en philosophie basé sur Rennes, qui avait été condamné à cinq mois de prison avec sursis et 2 500 euros pour préjudice moral. La raison ? Des menaces de mort sur la journaliste et son enfant.

« Le procureur n’a même pas pu lire son message tellement c’était dégueulasse », lâche Nadia Daam dans son point d’étape sur Twitter. Et puisque l’étudiant en philosophie a lui aussi fait appel, après sa condamnation de mars 2019, obtenue après une longue période d’enquête pour l’identifier, elle a pris rendez-vous avec son tourmenteur devant la justice : « See you in court Socrate ».

Partager sur les réseaux sociaux