La CNIL irlandaise, qui est l'autorité privilégiée pour traiter les enquêtes visant sur les géants du net pour de possibles infractions au RGPD, a indiqué que les conclusions des premières enquêtes arriveront cet été.

L’été 2019 sera le théâtre des toutes premières décisions rendues par la Commission de protection des données personnelles (la CNIL irlandaise) dans le cadre du Règlement général sur la protection des données — le RGPD. C’est ce qu’a annoncé le 1er mai Helen Dixon, la présidente de la CNIL irlandaise, alors qu’elle s’exprimait devant la commission du commerce du Sénat des États-Unis.

Les conclusions des multiples enquêtes de la CNIL irlandaise sont très attendues, car l’institution est en première ligne face aux géants du net. C’est en effet dans son pays, l’Irlande, que bon nombre de grands groupes ont choisi d’installer leur siège pour piloter leurs activités en Europe. Elle est donc la cheffe de file privilégiée pour piloter les dossiers, en coordination avec les autres CNIL.

Il est à noter toutefois que les autres autorités de protection des données personnelles en Europe n’ont pas attendu le verdict de leurs collègues en Irlande pour agir. La preuve en France avec la décision remarquée de la CNIL qui a infligé à Google une sanction record de 50 millions d’euros pour des infractions au RGPD. En tout, trois manquements au texte ont été relevés.

Helen Dixon
Helen Dixon. // Source : Euroforum Deutschland

17 dossiers liés aux géants du net

Helen Dixon a également donné quelques statistiques sur son activité : elle a ainsi confié que l’autorité irlandaise mène actuellement 51 instructions d’ampleur, dont 17 ont un lien avec une entreprise du numérique ou du secteur high-tech. Sont notamment concernés Apple, Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter et WhatsApp. Il est à noter que WhatsApp et Instagram sont des filiales de Facebook.

L’essentiel des dossiers liés au secteur numérique concerne d’ailleurs Facebook ou ses filiales, relève The Independent : c’est le cas du 11 des 17 dossiers en cours d’instruction par la CNIL irlandaise — le dernier est même tout récent. Une donnée forcément peu flatteuse pour un réseau social qui prétend prendre un virage vers plus de vie privée et sur lequel l’entreprise a encore insisté lors de sa conférence F8 de 2019.

Mais a-t-il compris que c’est aussi à l’égard de ses activités que les internautes veulent cacher leurs données, et pas uniquement des autres membres du site ou des publicitaires ?

Partager sur les réseaux sociaux