Quelqu'un vous menace dans le but d'obtenir des photos dénudées (« nudes ») de vous, ou en a déjà diffusé en ligne ? Voici quelques conseils.

Partager des photos intimes entre deux personnes consentantes est parfaitement autorisé. Mais cette pratique très répandue peut aussi se transformer en cauchemar. Si vous êtes victime de chantage aux nudes ou de revenge porn, c’est-à-dire si une personne diffuse sans votre autorisation des clichés de vous dénudé, voici quelques conseils pour vous en sortir.

Chantage aux nudes, revenge porn : c’est quoi ?

Le premier cas de figure est le chantage aux nudes. Une personne, amie ou non, vous demande des photos intimes. Elle vous affirme que si vous n’envoyez pas de photos dénudées, les conséquences seront graves pour vous… Il peut aussi s’agir de chantage affectif (« si tu ne m’envoies pas un nude, je te quitte », « j’irais voir ailleurs »), ou d’une manipulation moins directe. Par exemple, on peut vous faire croire que vous êtes quelqu’un de « coincé » si vous ne cédez pas ou répéter que «  tout le monde fait ça, c’est normal en couple ».

Le revenge porn consiste à diffuser une image à caractère sexuel par vengeance. // Source : Montage Numerama

Lorsque le chantage a lieu sur Facebook, il est possible de signaler les faits directement à la plateforme, via un formulaire dédié.

Si vous lisez ces lignes, c’est peut-être aussi parce que quelqu’un vous menace de diffuser vos nudes ou en a déjà diffusés. Ce partage sur un site, un réseau social ou simplement le fait de montrer vos photos à quelqu’un d’autre s’appelle le revenge porn. Il s’agit souvent d’une forme de vengeance envers un ou une ex-petite amie.

Dois-je envoyer des photos pour que cela cesse ?

Si vous ne souhaitez pas envoyer de nudes, ne le faites pas. Ceci est valable, même si la personne vous promet que cela restera «  entre vous » ou que c’est sur Snapchat : il est possible de prendre des captures d’écran très facilement. Par ailleurs, avoir accepté d’envoyer des photos dénudées par le passé ne vous oblige en rien à continuer d’en envoyer.

Bien souvent, envoyer les photos ne fait pas cesser le chantage, mais peut au contraire le faire monter d’un cran. C’est une spirale dangereuse : on vous menace pour obtenir des nudes, puis on peut vous menacer de diffuser ces nudes en l’échange d’une autre concession.

Si vous ressentez une quelconque pression, ne restez pas seul ou seule.

À qui puis-je en parler ? Et si j’ai honte ?

Que vous soyez menacés ou que des photos circulent déjà, il est important d’en parler à quelqu’un autour de vous.

La première possibilité est d’en parler à un ou une amie proche, ou à un membre de votre famille. Si vous êtes mineur ou mineure, n’hésitez pas aussi à vous tourner vers une personne de confiance comme l’infirmier ou l’infirmière de votre établissement scolaire. Ils ne sont pas seulement là pour soigner, mais aussi pour vous écouter. Si il y a un ou une professeure ou un ou une CPE à qui vous faites confiance, n’hésitez pas à vous diriger vers eux.

Surtout, n’ayez pas honte d’en parler. Vous êtes une victime et n’avez pas à culpabiliser, même si vous avez envoyé des nudes. Le fait d’avoir envoyé une photo dénudée ne donne à personne le droit d’abuser de vous, de vous faire chanter ou de diffuser ces images.

Si toutefois le sentiment de honte prend le dessus et que vous préférez que personne dans votre entourage ne soit au courant, vous pouvez vous tourner vers des associations. Vous pourrez parler de votre problème en restant anonyme. Voici quelques contacts utiles :

  • Il existe un numéro de téléphone gratuit, celui de la plateforme Net Écoute. Vous y trouverez un soutien psychologique, et juridique si nécessaire. Il est adapté aussi bien aux personnes mineures qu’aux adultes.
    Sur le site de Net Écoute, on trouve aussi un chat en ligne, lui aussi anonyme et gratuit. Enfin, il est possible de discuter avec des membres de la plateforme directement sur Messenger, la messagerie Facebook. Votre nom et prénom resteront entièrement confidentiels et personne ne sera mis au courant que vous avez contacté la plateforme. N’hésitez pas à supprimer la conversation une fois qu’elle est terminée, si d’autres personnes que vous peuvent avoir accès à votre compte.
    Le numéro est le 0800 200 000. Le tchat est disponible sur ce lien. Pour Messenger, cliquez ici.
En avant toute(s) a un tchat en ligne. // Source : En avant toute(s)
  • L’association En avant toute(s) a mis en place un tchat en ligne sur lequel vous pouvez raconter votre histoire et poser des questions. Il est sécurisé, gratuit et anonyme. On vous demandera pour des raisons pratiques un prénom ou pseudonyme et un numéro de département, mais vous pouvez tout à fait renseigner de fausses données : cela sert juste à ne pas avoir à répéter son histoire deux fois si vous recontactez la même membre de l’association. La conversation disparaît dès que vous fermez le site et un bouton « fermer le site » en haut à droite de l’écran permet de quitter rapidement la page si quelqu’un arrive dans la pièce.
    Chat ouvert le lundi et mardi de 15 à 17h, et le mercredi de 14 à 18h. Cliquez ici pour y accéder.
  • Si vous avez entre 12 et 25 ans, vous avez également le numéro de Fil santé jeunes à disposition. Il est ouvert tous les jours entre 9h et 23h. Sur le site, on peut aussi avoir accès anonymement à un chat individuel (où vous parlerez à une personne de la plateforme) ou un chat collectif, où d’autres internautes peuvent être présents, ainsi que des psychologues, conseillères conjugales ou familiales, ou même des médecins. Enfin, il existe un forum en ligne où vous pouvez poser des questions.
    Le numéro est le 0800 235 236. Le forum est accessible en cliquant sur ce lien et le tchat via ce lien.

Si vous utilisez un ordinateur familial ou commun avec une autre personne, vous pouvez par précaution vider votre historique et effacer les cookies après avoir consulté ces sites. Sur Chrome, cliquez sur les trois petits points en haut à droite de l’écran puis deux fois sur historiquement (ou directement sur ce lien), puis « effacer les données de navigation ». Sur Firefox, cliquez sur les trois traits en haut à droite puis « bibliothèque », et « historique ». Sélectionnez « effacer l’historique récent ».

Des nudes circulent : comment faire pour qu’ils soient supprimés ?

Si des photos à caractère sexuel de vous circulent déjà en ligne, signalez-les au site internet, réseau social ou à toute plateforme concernée. Ils pourront ainsi les supprimer au plus vite. Voici quelques liens utiles :

N’hésitez pas, même si c’est difficile, à prendre des captures d’écran du site ou réseau social en question. Si vous portez plainte, cela vous servira à prouver les faits.

Si cela se passe sur un réseau social, vous pouvez aussi signaler le profil de la personne qui vous harcèle ou qui diffuse les photos. Il sera ainsi bloqué. Vous pouvez doubler ce signalement par un signalement sur le site www.internet-signalement.gouv.fr.

Vous pouvez vous faire aider dans ces démarches par un proche ou un membre d’une association ou plateforme d’aide et d’écoute citée plus haut. Enfin, la police peut vous aider à faire en sorte que les contenus disparaissent.

Faut-il déposer plainte ?

Ce choix ne dépend que de vous. Sachez toutefois que les faits dont vous êtes victime sont punis par la loi, et peuvent faire l’objet de poursuites.

Extrait d’un jeu vidéo représentant un policier. Image d’illustration. // Source : Weappy Studio

Depuis 2016, le délit d’atteinte volontaire à l’intimité de la vie privée a été renforcé. Il punit la diffusion, le fait de rendre public ou de montrer à quelqu’un « tout enregistrement ou tout document portant sur des paroles ou des images présentant un caractère sexuel ». Cela vaut pour des images obtenues de manière consentie ou non, pour des paroles de nature sexuelle ou des images, prises dans des lieux publics ou privés. Les peines encourues sont de 2 ans d’emprisonnement et 60 000 euros d’amende.

La police ne peut pas refuser votre plainte si vous décidez d’en déposer une. Si vous êtes mineur ou mineure, vous devrez être accompagné d’une personne majeure. Ce ne doit pas forcément être vos parents. Sachez aussi qu’il existe un chat en ligne de la gendarmerie pour vous renseigner sur les démarches à suivre.

Et après ?

Les associations citées plus haut vous aiguilleront vers des professionnels de santé qui vous aideront à surmonter ce qu’il s’est passé. Si vous êtes mineur ou mineure, étudiant ou étudiante, il existe des structures où vous pourrez consulter gratuitement des psychologues. Rapprochez-vous du service de médecine de votre établissement scolaire pour les connaître.

Vous aurez sans doute aussi peur d’envoyer à nouveau des nudes. Si vous souhaitez malgré tout poursuivre, voici quelques petites précautions d’usage :

  • N’envoyez jamais rien sous la menace ou la contrainte,
  • N’envoyez pas à une personne à qui vous ne faites pas tout à fait confiance,
  • N’envoyez un nude que si vous en avez réellement envie. Si vous hésitez ou si vous avez peur, rien ne vous y oblige,
  • Si vous vous sentez obligé(e), parlez-en autour de vous ou sur un chat anonyme, à un professionnel,
  • Ne montrez jamais votre visage ou un signe distinctif (tatouage, piercing) sur vos nudes ;
  • Faites attention au décor : il ne doit pas permettre non plus de vous identifier.

Partager sur les réseaux sociaux